Des erreurs de prix trop fréquentes dans les magasins?

Des erreurs de prix trop fréquentes ?
Des erreurs de prix trop fréquentes ? - © ORESTIS PANAGIOTOU - EPA

Régulièrement, des inspecteurs du SPF Economie font leurs emplettes comme de simples clients à la différence qu'ils vérifient minutieusement les éventuelles différences de prix qu'il pourrait y avoir entre ceux affichés en rayon et ceux réclamés à la caisse. Les erreurs restant trop fréquentes, les amendes vont augmenter. On en a parlé dans notre chat avec Chantal De Pauw, la porte-parole du ministère.

"Le SPF Economie a comparé les prix pratiqués à la caisse avec les prix affichés en rayon. Les 10 derniers années, le pourcentage d'erreurs est resté stable : entre 4 et 5 %", explique Chantal De Pauw.

En d'autres termes, en dix ans, la situation ne s'est pas améliorée "malgré les amendes infligées". "C'est pourquoi nous renforçons les amendes", justifie-t-elle. "Vu le manque d'améliorations pour le consommateur, nous pensons qu'il faut agir plus fermement".

Des erreurs intentionnelles ?

Faut-il voir derrière ces erreurs de prix, de la mauvaise volonté ou une stratégie commerciale éventuelle ?

"Nous n'avons pas d'indications que les erreurs sont le fruit d'une stratégie commerciale élaborée", déclare la porte-parole du SFP Economie qui estime qu'elle ne pense pas qu'il s'agisse de mauvaise foi, "mais leurs efforts doivent être intensifiés".

Une commerçante témoigne

"J'ai un petit commerce et il m'est impossible de changer le prix sur l'étiquette et dans l'ordinateur dans la même seconde. Or, les prix changent à chaque livraison, soit plusieurs fois par semaine. Et en matière de fruits et légumes, c'est tous les jours. Je travaille déjà 3h avant l'ouverture pour que tout soit prêt. En cas de contrôle, l'amende signerait la fin de mon commerce", témoigne pour sa part Donatienne.

Un problème dont le ministère affirme être conscient : "Nous sommes conscients que cela n'est pas évident mais le consommateur ne peut pas être floué", rétorque Chantal De Pauw qui précise que "chaque erreur ne sera pas prise en compte". "Si on constate 1% d'infractions, il y a d'abord un PV d'avertissement suivi d'un 2ème contrôle pour vérifier si les problèmes ont été résolus".

Les contrôles, mode d'emploi

"Chaque année un contrôle général est planifié. Nous contrôlons selon un échantillon proportionnel tant les grandes surfaces que les petits commerçants", explique la porte-parole.

"Le but n'est pas de montrer du doigt une enseigne particulière, mais de stimuler le secteur entier à être attentif à ce problème et à prendre les mesures pour y répondre".

"Si les amendes ne sont pas payées, un procès-verbal est dressé et envoyé au Parquet".

Quant à savoir s'il y a effectivement un suivi : "Nous attirons systématiquement l'attention du Parquet sur l'importance des PV que nous lui transmettons, pour le consommateur", répond-elle.

Dans tous les cas, le consommateur a tout intérêt à vérifier son ticket.

 

C. Biourge

Relisez le chat en cliquant ci-dessous.

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK