Des déchets radioactifs abandonnés à Fleurus: quel(s) risque(s)?

Quels sont les risques liés à cette découverte ? On en a parlé ce mardi midi dans notre chat avec Willy De Roovere, Directeur de l'Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN).

D'après lui, "il n'y a pas de danger pour les habitants, ni pour l'environnement". Seul le bâtiment est contaminé, dit-il, aucune pollution du sol n'est à craindre. 

Les déchets seront traités "à Belgoprocess à Dessel, avec gestion par l'ONDRAF qui est le responsable ultime pour la Belgique en ce qui concerne les déchets". "Et cela risque de prendre quelques années...", précise-t-il.

A un internaute qui accusait les autorités communales de "laxisme" ("carte blanche à toutes ces sociétés pourvu qu'elles fassent diminuer le taux de chômage de Charleroi et de son agglomération..", écrivait l'internaute), Willy De Roovere rappelle que "chaque société doit satisfaire aux conditions de son autorisation. Le stockage intermédiaire des déchets est admissible mais quand on voit les images nous disons : pas comme cela !". En d'autres termes, vu ce qu'ils ont découvert dans cette société à Fleurus, il faudra serrer la vis".

Qui paiera la facture ?

Lorsqu'un site est contaminé, il y a obligation de nettoyer et d'assainir. C'est donc aux propriétaires de payer.

S'agissant ici d'une faillite, ce sont les curateurs qui s'en occupent. "Il y a une partie qui devrait être payée par la région, le reste par un fond d'insolvabilité de l'ONDRAF", explique-t-il.

La communication de l'IRE

D'un autre côté, Willy De Roovere s'interroge sur le petit jeu que joue l'IRE. "Il est en train d'essayer d'attirer l'attention sur son voisin mais il a, lui-même, encore beaucoup de choses à faire", nous a-t-il confié au téléphone. "L'IRE est surveillée de près, certainement sur les rejets d'iode radioactif qui est l’élément clé de l'exploitation", a-t-il précisé lors du chat.

Relisez le chat en cliquant ci-dessous.

 

C. Biourge

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK