Des cyanobactéries pour aider les hommes à survivre sur la planète Mars

temporary-20210224041737
temporary-20210224041737 - © Tous droits réservés

Quand l’homme pourra-t-il faire ses premiers pas sur Mars ? Réaliser ce rêve dépend de beaucoup de conditions. La première est de pouvoir survivre sur mars en étant autonome au niveau de la nourriture et de l’oxygène. A ce niveau, des micro-organismes présents sur terre pourraient jouer un rôle prépondérant. Elles s’appellent les cyanobactéries et elles pourraient se développer dans des conditions proches de celles qui règnent sur Mars.

Des cyanobactéries présentes dans les déserts froids et chauds

Emmanuelle Javaux, astrobiologiste et professeur de paléobiologie à l’U-Liège les étudie depuis plusieurs années. Et elle n’est pas au bout de ses peines : "Nous essayons de retrouver leurs traces les plus anciennes sur terre pour comprendre à partir de quand elles ont modifié la terre et la vie. C’est un organisme très important dans l’organisation de la vie telle que nous la connaissons sur terre. Les cyanobactéries s’adaptent à des conditions très extrêmes que ce soit le désert froid de l’Antarctique ou le désert chaud de l’Atacama au Chili. Elles forment des croûtes noires parfois à la surface des roches ou bien, elles vivent à l’intérieur des roches en se nourrissant de la lumière qui passe à travers les minéraux transparents, ou dans le fond des lacs à travers l’eau et la glace."


►►► La Nasa publie la première vidéo de l'atterrissage du rover Perseverance sur Mars


Des cyanobactéries qui produisent de l'oxygène

Le rover Persévérance, qui a atterri jeudi dernier sur Mars, devrait ainsi tester un système de production d'oxygène sur la Planète rouge. Des astrobiologistes de l’Université de Brême en Allemagne ont aussi mis au point un bioréacteur simulant l’atmosphère martienne, dans lequel ils cultivent des cyanobactéries. Pour survivre, il leur suffit d’eau extraite de la glace martienne et grâce aux nutriments, phosphore, soufre, calcium contenus dans le régoltihe de la planète rouge, elles peuvent produire de l’oxygène.  

Des cyanobactéries pour le régime alimentaire de l'homme sur mars mais leur goût n'est pas terrible

Pour Emmanuelle Javaux, il y a beaucoup d’intérêt à cultiver les cyanobactéries. Lorsqu’elle énumère leurs propriétés, elle est intarissable : "Leur métabolisme produit de l’oxygène. Elles peuvent aussi recycler les déchets des humains. Elles sont capables de prélever elles-mêmes les nutriments nécessaires à leur métabolisme. Elles permettent d’exploiter les roches martiennes, qui peuvent ensuite être utilisées pour faire pousser des plantes par exemple, à condition qu’elles soient mises sous cloche car elles ne résisteraient pas à l’atmosphère trop légère de la planète Mars. On peut aussi s’en servir comme complément alimentaire, c’est déjà le cas aujourd’hui avec la spiruline mais leur goût n’est pas terrible !"

Aujourd’hui, des chercheurs pensent à les modifier génétiquement pour qu’elles aient meilleur goût. Elles pourraient même produire du fuel, rendant ainsi les colons de mars autonomes en carburant.

Emmanuelle Javaux a ramené des cyanobactéries desséchées prélevées lors qu’un séjour en Antarctique. Dix ans plus tard, avec un peu d’eau, elles se sont tout de suite développées. C’est sûr, cette petite bactérie à tout d’une grande. Elle pourrait bien jouer un rôle décisif dans une prochaine mission habitée, cette fois, sur mars.

Premières images de la planète Mars (JT du 23/02/2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK