Des cornées biosynthétiques qui peuvent restaurer la vue

RTBF
RTBF - © RTBF

Des cornées biosynthétiques implantées chirurgicalement ont permis de restaurer en partie la vue de certains patients, selon un petit essai clinique conduit en Suède dont les résultats sont publiés mercredi aux Etats-Unis.

Cette étude menée sur deux ans avec dix participants a montré que l'implantation de cette cornée biosynthétique, faite de collagène humain recombiné selon un procédé mis au point par la firme de biotechnologie américaine FibroGen, a contribué à régénérer et à réparer les tissus oculaires endommagés.

Deux ans après avoir été implantées, ces cornées restaient totalement fonctionnelles et avaient contribué à la régénérescence, dans l'implant, de cellules provenant de la cornée du sujet ainsi que des nerfs sectionnés durant l'intervention, précisent les auteurs de cette recherche, qui paraît dans l'édition du 25 août de la revue médicale Science Translational Medicine, publiée par le journal Science.

En outre, le réflexe de clignement des yeux et le film lacrymal, fine couche liquide maintenue à la surface de la cornée et protégeant l'épithélium, ont été restaurés chez les participants.

L'acuité visuelle s'est améliorée chez six patients, a été inchangée chez deux et a diminué chez deux autres.

Aucun n'a subi de réaction de rejet ou de thérapie immunosuppressive, fréquente chez les patients recevant des transplantations d'organes, dont des cornées.

Ces cornées biosynthétiques sont aussi devenues sensibles au toucher et ont commencé à produire des larmes normales pour maintenir l'oxygénation de l'oeil.

Les dix patients de l'étude souffraient d'un kératocône avancé, une déformation conique du centre de la cornée progressive et lente. Ils ont eu une implantation d'un cornée biosynthétique dans un seul oeil.

Une cornée artificielle peut s'intéger dans l'oeil humain

"Cette étude clinique est importante car elle montre pour la première fois qu'une cornée fabriquée artificiellement peut s'intégrer dans l'oeil humain et stimuler la régénération des tissus", souligne le Dr May Griffith, de l'Insitut de recherche de l'hôpital d'Ottawa au Canada, principal auteur de l'étude.

"Avec plus de recherches, cette approche pourrait permettre de restaurer la vue de millions de personnes qui attendent un donneur pour une transplantation de cornée", ajoute-t-elle.

La cornée humaine est une membrane solide et transparente de 11 mm de diamètre au travers de laquelle la lumière entre à l'intérieur de l'oeil.

Surtout formée de collagène, la cornée est la principale lentille de l'oeil et en assure quelque 80% de la réfraction.

La perte de la vue due à une maladie ou une blessure de la cornée affecte plus de dix millions de personnes dans le monde. C'est aussi la cause la plus fréquente de cécité.

Aujourd'hui, le traitement de choix est l'implantation d'une cornée prélevée sur un cadavre mais le taux d'échec est assez élevé en raison du rejet des tissus étranger par l'organisme receveur.

L'implantation de cultures de cellules souche a également donné des résultats prometteurs chez des personnes dont la cornée avait été en partie endommagée par des brûlures, selon des travaux de chercheurs italiens publiés en juin dans le New England Journal of Medicine.

Daprès cette étude, le taux de succès complet de cette procédure réalisée sur 112 patients volontaires a été de 76,6%, tandis quil a été partiel à différents degrés chez les autres.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK