Des citoyens appellent l'UE à légiférer sur l'usage des données biométriques

Des citoyens appellent l'UE à légiférer sur l'usage des données biométriques
Des citoyens appellent l'UE à légiférer sur l'usage des données biométriques - © John M Lund Photography Inc - Getty Images

Une nouvelle initiative citoyenne européenne a été lancée, qui a été enregistrée jeudi par la Commission européenne. Elle devra récolter un million de signatures à travers l'UE pour être prise en compte dans son contenu par l'exécutif européen. Les porteurs de l'initiative souhaitent que l'Europe s'attaque à la surveillance biométrique de masse.

La surveillance biométrique, ce sont par exemple les caméras à reconnaissance faciale automatique. Globalement, l'utilisation de données biométriques (traits faciaux, caractéristiques de l'iris, empreintes digitales, ADN, voix, etc.) est de plus en plus répandue à travers le monde et dans la vie de tous les jours, pas seulement du côté des autorités. On peut évoquer par exemple les voitures s'ouvrant par empreinte digitale ou les technologies à reconnaissance vocale.

Autant d'opportunités qui posent également question en matière de protection des données personnelles, comme on a pu le voir avec les recours introduits contre les nouvelles cartes d'identité belges comprenant les empreintes digitales. Il en a aussi été question quand la police fédérale a été forcée de mettre un terme à son projet de reconnaissance faciale par vidéosurveillance à l'aéroport de Zaventem (Brussels Airport), en 2019, car la législation belge n'autorisait pas la banque de données nécessaire.

Le représentant principal des organisateurs de l'initiative citoyenne, renseigné par la Commission, est Diego Naranjo, du groupe international de défense des droits et libertés en ligne EDRi (European Digital Rights). Il s'agit d'un réseau d'ONG et militants, basé à Bruxelles.

Sous le slogan "Reclaim your face", le réseau veut que l'UE empêche toute utilisation indifférenciée des données biométriques de citoyens, et toute possibilité de ciblage arbitraire. L'initiative appelle à une interdiction spécifique de la surveillance de masse basée sur les technologies biométriques.

"Ces systèmes intrusifs ne devraient pas être développés, déployés (même en test) ou utilisés par des entités publiques ou privées dans la mesure où ils peuvent mener à une interférence disproportionnée et non-nécessaire avec les droits fondamentaux des citoyens", explique EDRi sur la page consacrée à la nouvelle initiative citoyenne européenne. Le réseau estime que, dans l'état actuel des choses, la législation européenne n'est pas assez explicite pour éviter les violations des règles de protection des données et des droits fondamentaux par l'utilisation de la biométrique dans la surveillance de masse.

Des caméras à reconnaissance faciale à l'aéroport de Bruxelles (JT du 10/07/2019)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK