Des chiens renifleurs pour dépister efficacement le cancer

Des chiens renifleurs pour dépister efficacement des cancers
2 images
Des chiens renifleurs pour dépister efficacement des cancers - © Tous droits réservés

Oui, vous lisez bien. Aussi surprenant que cela puisse paraître, le meilleur ami de l'homme pourrait aussi lui sauver la vie d'un point de vue purement médical. Des chercheurs ont tenté de prouver son potentiel clinique et démontrent une nouvelle fois la remarquable efficacité de ses capacités olfactives.

C'est connu : la nature est bien faite. À tel point qu'il suffit parfois de regarder autour de soi pour trouver la solution à un problème complexe. On savait les chiens aptes à détecter des stupéfiants ou à retrouver des personnes disparues après une avalanche, mais leur truffe est visiblement tout aussi prometteuse pour le dépistage de cancer.

En témoigne Frankie : ce chien renifleur dressé à cet effet a obtenu un résultat surprenant. Face à 34 participants, dont 15 atteintes d'un cancer de la thyroïde et 19 présentant des tumeurs bénignes, il est en effet parvenu à livrer le "bon diagnostic" pour 30 des 34 patients. Autrement dit, une fiabilité diagnostique de 88,02%, note le site de l'hebdomadaire Sciences et Avenir.

"En fait, grâce à ses fines capacités olfactives, un chien bien entraîné est en mesure de 'pister' dans l'urine des composés organiques volatils marqueurs du cancer de la thyroïde."

Une aide au diagnostic ?

La nouveauté de cette étude menée par des chercheurs de la faculté de médecine de l'Arkansas est d'avoir démontré la capacité du chien à différencier nodules bénins et cancers. D'autres recherches avaient auparavant consisté à faire la distinction entre personnes saines et personnes atteintes de cancer.

"Nous sommes passés à l’étape suivante en demandant au chien de nous dire si le cancer existait avant même que le système de diagnostic médical ne le fasse, indique le Dr Arny Ferrando, premier auteur de l'étude. Nous avons voulu savoir : le docteur peut-il utiliser le chien pour aider au diagnostic ?"

Et la réponse semble être "oui" : "Nous avons examiné cela avec scepticisme, d’un point de vue scientifique, mais les données recueillies n’ont fait que valider le fait que les chiens présentent un potentiel clinique remarquable".

T.M. (@thomasmignon) avec Sciences et Avenir

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir