Des chauve-souris porteuses d'un virus proche d'un nouveau coronavirus

Une chauve-souris
2 images
Une chauve-souris - © MICHAL CIZEK (AFP)

Le nouveau virus de la famille des coronavirus, responsable du décès d'un Saoudien en juin dernier, est très proche de virus découverts sur des chauves-souris, selon une étude publiée mardi.

"Ce virus est apparenté étroitement à des virus découverts sur des chauves-souris en Asie", indique Ron Fouchier du centre médical Erasmus à Rotterdam dans le journal en ligne de la Société américaine de microbiologie.

Il précise que les recherches effectuées sur le génome du nouveau coronavirus n'ont en revanche établi aucune proche parenté avec des virus humains, ce qui laisserait entendre que le virus proviendrait "d'une source animale".

Après le décès du patient saoudien à Londres, le nouveau coronavirus a été identifié sur un ressortissant du Qatar, actuellement hospitalisé à Londres, ainsi que sur un autre Saoudien.

Le séquençage du génome du virus du patient qatari, précise l'étude, a fait apparaître une parenté très étroite avec celui du Saoudien décédé (HCoV-EMC/2012), puisque les différences portent seulement sur 0,3% du génome. Le génome du virus détecté sur le troisième malade n'a en revanche pas encore été étudié.

Un virus proche d'un virus porté par des chauves-souris

Des analyses génétiques ont permis de montrer un lien de parenté avec deux virus retrouvés sur des chauves-souris asiatiques, la chauve-souris du bambou (Tylonycteris pachypus) et la chauve-souris japonaise (Pipistrellus abramus).

Une séquence partielle d'un virus retrouvé sur une chauve-souris néerlandaise semble plus proche du nouveau coronavirus, mais en l'absence de séquençage total de son génome, son degré de parenté reste difficile à déterminer, selon Ron Fouchier.

Quant à savoir si le nouveau coronavirus détecté sur trois êtres humains cette année provient "d'une même source ou de sources multiples", le débat reste ouvert. "Il est peu probable qu'ils aient été infectés par la même source", estime le chercheur qui souligne que des chauves-souris Pipistrellus abramus sont présentes en Arabie saoudite et dans les pays avoisinants.

Les coronavirus font partie d'une large famille qui inclut des virus responsables de simples refroidissements, mais aussi le "SRAS" (syndrome respiratoire aigu sévère), qui a provoqué une épidémie de "pneumonie atypique" à l'origine de la mort de plus de 800 personnes dans le monde en 2003.

Les chauves-souris, déjà soupçonnées d'être un "réservoir naturel" du coronavirus responsable du SRAS, selon une étude publiée en 2005, abritent par ailleurs le virus responsable de la fièvre hémorragique Ebola.

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK