Des centres de vaccination et les stocks de vaccins sous haute surveillance: "On nous propose 500 euros pour une dose"

Agents de sécurité et forces de l’ordre sont présents dans chaque centre de vaccination. Tout est mis en œuvre pour sécuriser le stockage des vaccins, tant en termes de durée de conservation que sur le plan de la sécurité. Les vaccins sont stockés de manière centralisée, sous haute sécurité, dans 41 HUB hospitaliers et centres de vaccination du pays.

Tentatives de corruption

A Charleroi, un important dispositif est destiné avant tout à protéger les pharmaciens qui préparent les vaccins à l’abri des regards. Laurent Staquet, qui est l’un des pharmaciens experts du centre de vaccination de Charleroi, nous livre sa réalité presque quotidienne de tentatives de corruption : " Dès que nous sortons sur le parking, nous sommes accostés par pas mal de personnes qui nous proposent un tas de choses, dont notamment de l’argent pour se faire vacciner en priorité. Pas plus tard qu’hier, dès que nous sortons faire une petite pause, nous avons eu des propositions financières. Hier la somme était tout de même de 500 euros pour une dose ".

Un dispositif de sécurité

Bien évidemment, les pharmaciens refusent mais la situation peut vite déraper. C’est pourquoi deux à trois policiers sont présents en permanence sur le site. David Quinaux, le porte-parole de la zone de police de Charleroi, nous décrit le dispositif mis en place pour assurer la sécurité sur le site : " Ce sont quatre shifts d’équipes différentes qui vont se relayer en se chevauchant pour éviter qu’il n’y ait pas de baisse de surveillance mais surtout pas une baisse d’attention qu’on comprend après des heures de surveillance sur un point fixe. D’ailleurs, les policiers qui sont à l’entrée peuvent déambuler sur le site pour s’assurer que tout se passe bien ".

Aux côtés de la police, quelque 150 militaires sont déployés dans les centres de vaccination. Précisons que leur mission n’est pas liée à la sécurité. Ils sont présents pour prêter main-forte sur le plan de l’organisation de la vaccination.

Mais sans conteste, leur présence reste dissuasive comme nous l’explique Bruno Sépulchre, le directeur logistique du centre de vaccination de Charleroi : " La présence de l’uniforme adoucit clairement les mœurs. C’est clairement une aide. Elle est un peu symbolique mais l’image est très forte ".

Éviter les vols et lutter contre la contrefaçon

Ce dispositif sert également à éviter les tentatives de vol des vaccins. Ils sont d’ailleurs stockés dans des frigos cadenassés, dans des lieux bien évidemment tenus secrets.

L’autre risque, c’est la contrefaçon. C’est pourquoi les pharmaciens ont plusieurs consignes à suivre dès qu’une dose a été utilisée.

Guillaume Régner, pharmacien expert au centre de vaccination, nous éclaire sur l’un des pans de la procédure à suivre : " Je suis en train de gratter les numéros du lot et les dates d’expirations des flacons pour éviter la réutilisation par des personnes malhonnêtes ".

Lara Kotlar, la porte-parole de l’Agence Wallonne pour une vie de qualité (AVIQ) nous confirme que le risque est bien réel : " On n’est pas à l’abri de quelqu’un de malintentionné qui pourrait se fournir des fioles. Et on ne sait pas ce qui pourrait arriver. Donc c’est vraiment une sécurité maximale ".

Notons que lors de la campagne de vaccination contre la grippe A/H1N1, quelques cas de vols ont été recensés. Plus que jamais convoités, les vaccins anti-Covid sont placés sous haute surveillance. D’ailleurs, chaque centre de vaccination est surveillé de jour comme nuit, et des alarmes sont placées dans les réfrigérateurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK