Des caméras thermiques pour lutter contre le trafic d'êtres humains à La Panne

Le système, qui sera installé sur la côte à La Panne, se compose d'une caméra standard et d'une caméra thermique.
Le système, qui sera installé sur la côte à La Panne, se compose d'une caméra standard et d'une caméra thermique. - © KURT DESPLENTER - BELGA

La zone de police Westkust (Coxyde, La Panne et Nieuport) a déployé un système de caméras infrarouges pour lutter contre le trafic d'êtres humains, a rapporté lundi lors d'une conférence de presse le gouverneur de Flandre occidentale, Carl De Caluwé. Les appareils devraient permettre à la police de détecter les mouvements des passeurs dans les dunes et sur la plage et d'intercepter les bateaux de transmigrants plus rapidement.

Le système, qui sera installé sur la côte à La Panne, se compose d'une caméra standard et d'une caméra thermique équipée d'un zoom super résolution. L'objectif est de permettre à la police d'appréhender les passeurs plus rapidement, surtout la nuit. Les caméras serviront également à intercepter les petites embarcations de transmigrants qui s'apprêtent à traverser la Manche afin de rejoindre le Royaume-Uni.

Près de 100 traversées depuis le Nord de la France le mois dernier

La police estime que le système est absolument indispensable. Pas moins de 97 traversées tentées ou effectives ont eu lieu depuis le nord de la France en mai 2020, soit 75 de plus que lors du mois de mai de l'année précédente. "Nous constatons que les passeurs belges élargissent de plus en plus leur champ d'activité sur le territoire belge", a déclaré le chef de corps Nicholas Paelinck de la zone de police Westkust.

Quatorze personnes se sont retrouvées dans une situation critique après avoir tenté de se rendre au Royaume-Uni depuis la plage de La Panne en janvier. Six d'entre elles ont été retrouvées en hypothermie. Il y a, entre-temps, eu six tentatives de traversée de la Manche à bord de petites embarcations en 2020.

Les caméras thermiques, qui sont capables de couvrir une zone de cinq kilomètres et peuvent réaliser des images très précises, sont contrôlées en direct pendant la nuit. Des drones munis d'une caméra infrarouge seront envoyés sur place en cas de détection suspecte.

Le coût du projet pilote s'élève à 30.000 euros, la police investissant 20.000 euros et le gouverneur de la Flandre occidentale 10.000 euros. Le système sera éventuellement étendu après la période d'essai.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK