Des avocats manifestent ce mardi au Palais de justice pour plus de moyens

Un nouveau rassemblement de magistrats au Palais de Justice de Bruxelles a lieu à 15H cet après-midi.
3 images
Un nouveau rassemblement de magistrats au Palais de Justice de Bruxelles a lieu à 15H cet après-midi. - © DAMIEN MEYER - AFP

Ils s'étaient déjà réunis il y a pile trois ans. Un nouveau rassemblement de magistrats au Palais de Justice de Bruxelles a lieu à 15H cet après-midi. Ils étaient déjà 3000 il y a trois ans, soutenus par des avocats et des étudiants. Aujourd’hui, plus qu’hier, ils dénoncent le sous-financement de la justice et le sous-effectif. Une manifestation soutenue par quelques hauts magistrats.

C'est notamment le cas de Marc Dewart, premier président de la Cours d'appel de Liège. "Les magistrats estiment faire un métier extraordinaire, c’est un métier qui demande beaucoup d’investissement. On est vraiment à la croisée des chemins maintenant parce qu’on n’en peut plus et on a besoin de perspectives concrètes pour l’avenir."

Manque d'effectifs

Une gestion plus moderne et plus efficace de la justice, mais à des coûts inférieurs, tel est le résumé de la volonté politique. Philippe Morandini, premier président de la Cour d’appel de Mons, explique : "On nous demande des plans de management, on les prend, on a des objectifs et on ne nous donne pas les moyens pour pouvoir ne fusse que réaliser les premières lignes de nos plans de management."

À Mons, les effectifs de la Cour d’appel sont réduits de quasiment un tiers. "Si vous avez des effectifs en première instance, on se dépêche pour juger quelque chose, on le fait bien. Quelqu’un peut très bien ne pas être d’accord, on va en appel et là on crée un arriéré, et donc on attend des années pour fixer un dossier, alors qu’il n’y avait peut-être pas d’arriéré au préalable il y a trois ans", ajoute Philippe Morandini.

Les magistrats ajoutent notamment le nombre de réformes imposées en peu de temps. Enfin, l’informatique reste également à la traîne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK