Derniers préparatifs avant la fête du mouton

Dimanche aura lieu la fête du sacrifice, une des fêtes les plus importante de l'Islam
Dimanche aura lieu la fête du sacrifice, une des fêtes les plus importante de l'Islam - © EPA

Dimanche aura lieu la fête du mouton pour la communauté musulmane, une des fêtes les plus importante pour l’Islam. Chaque famille musulmane sacrifiera un mouton afin de célébrer l’offrande qu’Abraham était prêt à accomplir au nom de l’amour qu’il portait à Dieu.

La communauté musulmane se prépare pour l'Aïd al Kebir (la grande fête) ou l'Aïd al Adha (la fête du sacrifice). Les pratiquants de l’Islam du monde entier vont sacrifier un mouton, un bélier ou encore une vache ou une chèvre. L’animal sera égorgé la tête tournée vers la Mecque après la prière. Ce jour marque chaque année la fin du pèlerinage à la Mecque qu’un musulman est tenu d’effectuer au moins une fois dans sa vie. La date de l’Aïd n’est pas fixe, elle varie en fonction du cycle de la pleine lune. Elle tombe plus ou moins deux mois et dix jours après le Ramadan.

La fête de l’Aïd est l’occasion de se remémorer qu’Abraham était prêt à sacrifier son fils à la demande de Dieu. Selon l’histoire, un ange lui aurait apporté un mouton afin que l’animal soit sacrifié à la place de son fils.

Respecter la tradition... et l'hygiène

Certaines règles sont à respecter lors de cette fête traditionnelle, notamment en matière d’hygiène. L’animal ne peut pas être sacrifié n’importe où. L’AFSCA (Agence fédérale pour la sécurité de la chaine alimentaire) a d’ailleurs mis une liste des abattoirs accrédités à disposition sur son site internet. Ces établissements respectent les préceptent religieux mais également les règles d'hygiène.

Cette fête n’est pas simplement une tradition religieuse. Elle est aussi l’occasion pour les familles musulmanes de se rassembler autour d’un bon gueuleton. La fête de l’Aïd compte aussi son lot de solidarité puisque certaines familles partagent l’animal sacrifié ou font des dons aux plus démunis.

L'Aïd n’est pas forcement accessible pour tout le monde en raison de son coût financier. En Belgique, le prix du mouton tourne autour de 200€. Dans certains pays plus précaires, certaines familles se demandent comment ils vont pouvoir payer l’animal qui fêtera le sacrifice.


Marie-Lucie Collinge

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK