Tensions dans le quartier Louise: une septantaine d'interpellations, un policier gravement blessé

Déploiement de la police anti-émeutes dans le quartier Louise à Bruxelles, 12 personnes arrêtées
3 images
Déploiement de la police anti-émeutes dans le quartier Louise à Bruxelles, 12 personnes arrêtées - © Nikeli De Ceuninck

La police anti-émeute a été déployée samedi après-midi dans le quartier Louise au coeur de Bruxelles. "Situation sous contrôle. La police reste vigilante", a indiqué le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close samedi peu après 19h00 sur le réseau social Twitter, à propos des incidents qui ont éclaté dans l'après-midi dans le quartier Louise.

La zone de police de Bruxelles-Ixelles annonce un bilan provisoire d'une cinquantaine d'arrestations, les jeunes interpellés ont entre 15 et 18 ans. Selon le parquet de Bruxelles, 11 détentions sont judiciaires et 60 administratives après les émeutes. Un policier a été transporté à l'hôpital pour une fracture du crâne.

 Selon la porte-parole du bourgmestre de Bruxelles Philippe Close, un groupe de personnes se serait greffé à une manifestation contre l’esclavage en vue de perturber l’événement. Parmi les magasins dégradés, Damart et Caroline Bis. Les casseurs ont également endommagé un véhicule de police.

Un système derrière ces émeutes?

Les personnes interpellées pourront être placées sous mandat d'arrêt. Les images des caméras de surveillance sont analysées afin d'établir les faits délictueux commis.

Il y a deux semaines, des émeutes avaient déjà éclaté près de la Bourse le soir de la qualification du Maroc à la prochaine coupe du monde de football et quelques jours plus tard, de nouvelles émeutes sont survenues place de la Monnaie lors d'un rassemblement initié par un youtubeur. Selon Jan Jambon, il existe un système derrière ces différentes émeutes.

Le ministre ne peut en effet se figurer que des gens aient des accès subits de violence. "Je pense qu'il y a un système derrière. Il devra être mis à nu et démantelé", a-t-il affirmé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK