Dépistage Covid-19 : quels sont les différents types de tests et quels sont leurs avantages et inconvénients? (infographie)

Suite à la forte hausse des cas de coronavirus détectés en Belgique, un peu partout sur le territoire, les centres de dépistage commencent à être saturés. C'est pourquoi un comité inter-ministériel se penche aujourd'hui sur la question avec plusieurs pistes sur la table: le recours à des tests alternatifs (salivaires), un changement de méthodologie qui consisterait à ne plus tester les asymptomatiques comme en province de Liège ou encore l'ouverture de nouveaux centres de tests.

Mais de quels tests parle-t-on exactement? Il y en a de plusieurs types:

Les tests PCR

  • Les tests PCR sont ceux qui sont utilisés depuis le début de la pandémie. Ils sont efficaces et permettent de savoir si une personne est ou n’est pas contaminée par le Covid-19. Ils sont recommandés pour établir un diagnostic précoce du virus. 
  • Ils se pratiquent via un prélèvement, un frottis à l’aide d’un écouvillon, à l’intérieur des narines. 
  • Ces prélèvements sont réalisés par un médecin, dans les maisons de repos, dans les hôpitaux et dans les centres de prélèvement établis depuis le début de la crise. Le prélèvement est ensuite analysé en laboratoire. 
  • En théorie, dans un délai de 48 heures à 72 heures, on sait si le patient est positif et donc contaminé par le Sars-Cov 2 ou pas. 
  • La combinaison du traitement des prélèvements en laboratoire avec le grand nombre de tests réalisés actuellement entraîne un encombrement des labos qui ont énormément de difficultés à suivre le rythme et à communiquer des résultats rapidement. Certains laboratoires ont d’ailleurs suspendu les nouveaux tests pour résorber le retard, car il fallait parfois près d’une semaine pour communiquer un résultat.
  •  Plus rapides, plus simples, mais moins sensibles, des tests salivaires sont aussi possibles.

Les tests antigéniques

  • Ils sont moins performants que les tests PCR, mais ils reposent sur le même principe et sont plus rapides. 
  • Les tests PCR identifient, grâce à une machine utilisée en laboratoire, le matériel génétique du SARS-CoV-2. Les tests antigéniques vont, eux, détecter les protéines qui se trouvent à la surface du virus et qui entourent le matériel génétique du virus, ce qu’on appelle les antigènes.
  • Comme pour les tests PCR, il s’agit d’opérer un prélèvement au fond des narines
  • L’avantage est que le résultat est connu rapidement, dans un délai de 15 à 30 minutes.
  • En revanche, ce résultat est moins fiable que celui obtenu lors d’un test PCR. Dans le cas des tests antigéniques, l’efficacité est bonne pour les patients symptomatiques pour laquelle on prouve rapidement qu’ils sont contaminés.
  • En revanche, dans le cas d’un résultat négatif au test antigénique, il faut procéder par la suite à un test PCR pour confirmer que le patient n’est pas contaminé.

Les tests sérologiques

  • Ils sont réalisés rapidement et facilement.
  • Pas de frottis nasal inconfortable. Il s’agit ici de prélever une goutte de sang à l’extrémité d’un doigt. 
  • Ces tests recherchent la présence d’anticorps au virus.
  • L’avantage est la rapidité avec laquelle on obtient les résultats. Si des anticorps sont décelés, le patient a été en contact avec le virus et a fait l’objet d’une contamination précédemment. Cela ne veut pas dire qu’on soit immunisé. 
  • Par ailleurs, un résultat négatif n’exclut pas une infection au Coronavirus. En effet, on peut être contaminé au moment du test et ne pas encore avoir développé d’anticorps. Il peut aussi s’agir d’un patient immunodéprimé.

Les autotests

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK