Le jeune candidat moine belge ne partira pas (tout de suite) en Inde

Le départ de Giel était prévu à 16 heures, vendredi.

La cour d'appel de Gand a décidé de ne pas accorder d'autorisation de départ pour le jeune homme. La Cour précise qu'une enquête devra être menée pour déterminer les conditions exactes de son environnement de vie.

La justice enquêtait déjà sur l'influence qu'aurait pu exercer sur le garçon sa mère, bouddhiste convaincue. Le parquet de Gand estimait qu' il fallait "pousser l'enquête plus loin et qu'il faut prendre des mesures". Au lieu de prendre la direction de l'aéroport, Giel et sa mère se sont donc rendus à la Cour d'appel de Gand, les valises dans le coffre.

Qu'est-ce qui a poussé le parquet a faire appel? La porte-parole ne donne aucune précision pour l'instant, une communication devait suivre après que la cour d'appel eut pris sa décision.

On ne peut faire que des suppositions. L'entrée en scène de l'oncle de Giel a peut-être joué un rôle. Jeudi, il est intervenu pour tenter d'empêcher le départ de son neveu. Pour lui, Giel est endoctriné et il n'a pas la maturité pour prendre une telle décision.

On connaît aussi un autre élément : en mars dernier, Giel a laissé un message sur un blog. Il y explique que sa mère est malade depuis qu'il a 5 ans et que les enseignements bouddhistes l'aident à se sentir mieux.

Quelles que soient les raisons, il est peu probable que Giel puisse encore s'envoler ce vendredi après-midi. Le magistrat de presse près la cour d'appel de Gand ne pouvait pas quand la décision serait rendue.

Le jeune homme avait expliqué jeudi à la radio MNM de la VRT qu'il avait pris cette décision en toute autonomie, à l'âge de 6 ans.

Il dit aussi avoir choisi l'Inde pour permettre "l'illumination". Pendant les 15 ans que doit durer sa formation, donnée en tibétain, il doit y étudier la philosophie bouddhiste, méditer, pratiquer le yoga et la contemplation.

La mère déplore

La mère de Giel, elle, déplore le fait qu'elle n'a appris qu'à 11h15 vendredi l'appel interjeté par le parquet contre la décision du juge de la jeunesse. "Ça me dépasse. Ils ne peuvent certainement pas l'arrêter, mais on l'interroge exprès assez longtemps de sorte qu'il rate son avion", a déclaré la mère du jeune homme, au palais de justice de Gand.

"Il en a vraiment assez", ajoute-t-elle. "La police s'est rendue chez nous un quart d'heure avant notre départ pour l'aéroport et elle nous a indiqué que nous devions les accompagner. Nous avons alors été escortés jusqu'à Gand par deux véhicules de police".

Giel a eu l'occasion de discuter avec son avocat avant de comparaître devant la cour afin de connaître ses droits et l'audience débutait vers 12h30.

L'adolescent avait prévu de prendre le vol de 16h. "J'espère qu'il pourra l'attraper, car je n'ai pas 8000 euros à débourser pour qu'il parte samedi. Nous avions rendez-vous à 13h avec ses amis pour que Giel leur dise au revoir. Je fais de mon mieux pour rester la plus positive possible", a ajouté la mère de l'adolescent. Finalement, l'adolescent n'aura pas pu prendre son avion.

Une enquête de 75 jours maximum

L'enquête sociale ordonnée par la chambre de la Jeunesse de la cour d'appel de Gand dans le cadre de l'affaire de cet adolescent de 15 ans de Saint-Laurent (Flandre orientale) qui entendait rejoindre un monastère en Inde, peut prendre 75 jours au maximum, a indiqué le magistrat de presse de la cour d'appel de Gand.

"L'enquête s'intéressera dans un premier temps à la situation et aux conditions de vie de l'adolescent". Avec cette interdiction de voyager à l'étranger, la cour d'appel de Gand a réformé la décision du tribunal de la Jeunesse rendue jeudi soir.

"La cour a ordonné une mesure temporaire", explique le magistrat de presse. "Sur base de l'enquête sociale, la Cour se prononcera ensuite dans un sens ou dans l'autre."

Les services sociaux effectueront l'enquête endéans les 75 jours. Un oncle du jeune homme qui a formulé des objections au départ de l'adolescent et qui a remis des documents au ministère public, sera également interrogé.

Aucune date pour une audience au fond n'a encore été fixée.

 

RTBF, avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK