"Demandez Angela": la nouvelle pratique pour lutter contre le harcèlement des femmes

"Demandez Angela", c’est le nom d’un nouveau procédé pour permettre à une femme de signaler lorsqu’elle est victime de harcèlement dans un bar, qui a débarqué en France, il y a quelques mois. En effet, quelle femme n’a jamais dû affronter un comportement un peu trop insistant d’un homme ayant un peu trop bu, et qui devient lourd ? ! Pour l’empêcher, plusieurs bars français ont adopté cette technique. Concrètement, lorsqu’une femme se sent harcelée, elle peut s’adresser au barman derrière le comptoir, et prononcer la phrase suivante : "ou est Angela ?" Trois mots qui lui permettent de prévenir le serveur de la présence un peu trop proche d’un harceleur, et ce sans éveiller les soupçons de ce dernier. Les serveurs peuvent, ensuite, conduire la victime dans un lieu sûr, et lui proposer de contacter la police ou encore appeler une personne de confiance ou un taxi.

Une pratique importée de Grande-Bretagne

"Demandez Angela" est une pratique née dans un pub du Lincolnshire, une région de l’est de la Grande-Bretagne, en 2016. Elle est arrivée dans l’Hexagone, à l’initiative d’un collectif étudiant féministe, dans la ville de Rouen. "On a lancé l’opération le lendemain du jour où l’affaire Epstein a éclaté, en octobre 2017", explique Thomas, l’un des responsables de l’implantation de "Demandez Angela", à Rouen. "On a cru qu’on allait passer pour des opportunistes, mais ça nous a aidés", ajoute-t-il. Avec Clara et Alicia, ils ont démarché plusieurs bars du centre-ville, avec leurs autocollants sous le bras. Aujourd’hui,"Demandez Angela" fédère 35 commerces rouennais. Au printemps 2019, les villes françaises de Caen et Amiens ont également suivi l’exemple de Rouen. La ville de Reims a, elle, rejoint le mouvement récemment.

Pour faire savoir à leur clientèle s’ils ont adopté ou non ce dispositif de lutte contre les harceleurs, les responsables des bars, restaurants ou boîtes de nuit affichent un autocollant à l’entrée de leur établissement.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK