"Demain et après": comment récupérer l'énergie de l'eau de douche ?

Le réveil sonne. La machine à café s'active. La salle de bain voit défiler un à un tous les membres de la famille. Un bain, une douche pendant que d'autres se brossent les dents au lavabo. Des litres d'eau chaude sont utilisés en peu de temps. Mais cette eau chaude, cette énergie donc, n'est généralement pas valorisée. En Belgique, il existe pourtant des dispositifs encore peu connus: des récupérateurs d'énergie d'eau de sanitaire. Coût: près de 1000 euros amortis, en quatre à sept ans, et qui permettent de belles économies.

"Pour de l'unifamilial, on peut considérer que l'on est autour de 100 à 120 litres de mazout économisés par an. Cela représente plus ou moins 16% à 17% d'économie sur la facture d'énergie. On peut monter jusqu'à 20% en fonction de l'utilisation des douches. Quand on passe dans du professionnel, on peut tabler sur 20% d'économie d'énergie" constate Philippe Brenu, architecte et responsable PEB.

Le tube en cuivre permet un transfert thermique

Alors comment cela fonctionne? Le dispositif est installé verticalement à la place de l'ancienne évacuation et arrivée d'eau. L'eau chaude sale est évacuée par un tube central. Autour de ce tube, des serpentins remontent avec l'eau propre. Au fil des serpentins, l'eau se réchauffe. "D'une eau de ville à 6°C, on va passer à une eau à 25-28°C. Ce qu'il se passe généralement, c'est qu'on a une eau froide à 6°C et une eau chaude à 60°C et puis on mitige les deux. Ici l'eau froide étant plus chaude, on va utiliser 30, 40, 50% d'eau chaude en moins." explique Didier Miciuk, directeur d'une société d'isolation et d'optimisation énergétique.

Pour atteindre son plein rendement, le dispositif doit chauffer. Les douches doivent donc idéalement être prises successivement. L'installation est donc plus adaptée pour des familles que pour des personnes seules.

Après l'isolation, d'autres économies énergétiques à faire !

En Belgique, grâce à ses déductions fiscales, l'isolation des bâtiments a bénéficié d'une grande notoriété. Cependant, les experts en énergie constatent que de nombreuses économies peuvent encore être faites à l'intérieur des maisons. De petits gains qui participent également à l'amélioration du PEB, le certificat de performance énergétique du bien immobilier.

Au Canada, les bâtiments publics équipés sont très nombreux. Les spas, les hôtels et autres grands consommateurs d'eau chaude ont donc de grands intérêts à y réfléchir pour des questions économiques mais aussi écologiques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK