Delphine Boël, fille du Roi Albert II: les réponses à vos questions sur l'héritage, le nom, le titre 

Le roi Albert II a confirmé ce lundi par communiqué que les résultats ADN montraient qu’il était bel et bien le père biologique de Delphine Boël. "Sa Majesté le Roi Albert II a pris connaissance du test ADN qu’il a accepté à la demande de la cour d’appel de Bruxelles. Les conclusions scientifiques montrent qu’il est le père biologique de madame Delphine Boël", peut-on lire dans le communiqué.

L’affaire avait commencé en octobre 1999 avec la publication d’un livre sur la Reine Paola. L’auteur, Mario Daneels, y faisait allusion à une relation extraconjugale du prince Albert dans les années 60. Et de révéler que de cette liaison (entre 1966 et 1984, apprendra-t-on plus tard) était née une fille. À l’annonce de la nouvelle, Paola aurait à l’époque demandé le divorce mais la "raison d’Etat" avait été la plus forte.


►►► A lire aussi: Affaire Boël, la gêne nationale


Le couple s’était ensuite ressoudé, uni face aux médias. Uni dans l’absence de commentaires surtout. Hormis cette allusion du roi à des problèmes conjugaux lors du discours de Noël 1999 : "La Reine et moi, nous nous sommes remémoré des périodes très heureuses, mais aussi la crise que notre couple a traversée il y a plus de 30 ans". Il n’admettait cependant pas être le père biologique de Delphine.

C’est en 2013 qu’elle a enclenché les procédures judiciaires visant à faire reconnaître officiellement sa vraie filiation, saisissant la justice pour obtenir un test ADN. Longtemps refusé par le Roi et ses conseils. Avec la difficulté de devoir d’abord obtenir le retrait du nom de son père "tuteur légal" Jacques Boël, avant de pouvoir rechercher et identifier un père biologique.

La reconnaissance de Delphine soulève une série de questions et nous allons y répondre même si, il reste à la cour d’appel à entériner ces résultats et à se prononcer sur la recevabilité de la demande de reconnaissance de paternité, déposée par Delphine Boël il y a longtemps déjà…

Héritière d’Albert II, mais de combien ?

Mais combien possède Albert II sur son compte en banque ? Difficile de le savoir. L’ancien souverain aurait un capital privé de 12,4 millions d’euros, dont une villa dans le sud de la France et un yacht. C’est du moins la version officielle du palais en 2010, après qu’un spécialiste a évoqué le chiffre d’1 milliard d’euros. Extrapolation faite cela ferait 20 millions d’euros en 2020.

Comme Delphine Boël est reconnue, la part du gâteau sera divisée en quatre, ils auraient donc au moins 5 millions d’euros par enfants.

Pourra-t-elle jouir du patrimoine immobilier de la famille royale ?

La question se pose pour les différentes propriétés occupées par les souverains. Le Palais royal et une partie du Château de Laeken sont des propriétés de l’État. D’autres résidences comme le château du Belvédère, où vivent Albert II et Paola, mais aussi le domaine de Stuyvenberg et le château de Ciergnon font eux partie de la donation royale.

Une idée de Léopold II qui, à l’époque, avait amassé une fortune colossale notamment au Congo, et voulait que le patrimoine reste entre les mains des souverains et ne s’éparpille pas entre les héritiers.

Ce patrimoine de plus de 500 millions d’euros est entretenu par l’État mais sa jouissance reste à la famille royale. En revanche, il n’entre pas dans l’héritage. Delphine Boël ne pourra même pas en profiter, car, même si elle est reconnue, elle ne pourra pas occuper de fonction officielle. En effet, elle n’est pas issue d’une union approuvée par un accord de gouvernement.

Changer de nom de famille ?

Pour Vincent Dujardin, historien à l’UCLouvain, Delphine pourrait, s’il y a reconnaissance légale et qu’elle le souhaite, demander à porter le nom de Saxe-Cobourg-Ghota. Un arrêté royal de 2015 a en effet clarifié la situation entre le nom de Belgique et Saxe-Cobourg-Ghota qui est le nom originel de notre famille royale.

Porter le titre de Princesse ?

Le titre est aujourd’hui réservé uniquement aux héritiers directs, donc Delphine ne pourra jamais porter le titre de Princesse de Belgique.