Delphine Boël-Albert II: trois heures de plaidoiries prévues ce mardi

Delphine Boël ne lâche rien. Elle poursuit son combat pour être reconnue comme la fille d'Albert II. L'affaire est ce mardi matin devant le tribunal civil de Bruxelles. Les avocats sont arrivés sans faire de commentaires.

Trois heures de plaidoiries sont prévues aujourd'hui.

Toutes les parties sont convoquées mais Albert II n'est pas venu en personne. Il est représenté par son avocat.

Pour rappel, il s'agit d'une procédure en deux temps: d'abord le désaveu de paternité de Jacques Boël, ensuite la reconnaissance de paternité d'Albert II que Delphine Boël appelle de ses vœux.

Retour sur le développement de cette affaire

Septembre 2013, nous sommes deux mois après l’abdication d’Albert II. Delphine Boël s’adresse à la justice civile.

L’objectif: faire reconnaître sa filiation avec le roi. Sur le terrain juridique, la riposte d’Alain Berenboom, l’avocat d’Albert II, est imparable : le père légal de Delphine existe déjà, il a un nom, il s’appelle Jacques Boël.

"Je suis son père légal depuis 45 ans et elle ne peut pas avoir deux pères", déclarait d’ailleurs lui-même l’intéressé.

Un test ADN qui change tout

Mais Delphine Boël ne désarme pas, et en septembre 2014, lorsque les débats reprennent devant le tribunal, la réalité semble rattraper Albert II. Théodora Baum, l’avocate de Jacques Boël, crée la surprise.

"Il y a beaucoup de révélations qui ont été amenées dans ce dossier, et donc Monsieur Boël a lui-même estimé qu’il était effectivement également temps de connaître la vérité. Et pour cette raison-là, il a accepté de se soumettre à un test ADN et ce test a révélé que Monsieur Boël n’est pas le père de Delphine", expliquait alors l’avocate.

Malgré l’écoulement du temps, le tribunal est compétent pour examiner la demande de Delphine Boël. La Cour constitutionnelle l’a clairement exprimé : pas de prescription. Trois heures de plaidoiries annoncées ce matin, elles auront lieu à l’abri des caméras. Les procédures de filiation ne sont jamais publiques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK