Découvrez le kilo originel: le garant de nos mesures ouvre exceptionnellement ses portes

Le kilo de café que vous achetez au supermarché, il doit être le même que le kilo qui a été empaqueté en Colombie.
3 images
Le kilo de café que vous achetez au supermarché, il doit être le même que le kilo qui a été empaqueté en Colombie. - © RTBF

Elles sont partout dans notre vie quotidienne… : les mesures.

Elles nous servent dans une recette de cuisine, mais aussi à la pompe à essence pour déterminer le nombre de litres que nous avons pompé, à la boulangerie quand nous y achetons un petit carré blanc de 400 grammes ou un grand pain de 800 grammes, quand nous buvons une bouteille d’un demi litre d’eau après un jogging. Bref, les mesures sont partout et leur exactitude est assurée par le service de métrologie et des étalons nationaux du SPF économie. Ce dimanche 4 octobre, exceptionnellement, le service de métrologie ouvre ses laboratoires au public.

Mesurer correctement, c’est la base de notre société actuelle. Mais la notion d’étalon de référence existait déjà à l’époque des pyramides égyptiennes. "Par exemple, le responsable des étalons nationaux, le chef d’un chantier pour une pyramide était obligé de faire étalonner son étalon de longueur une fois par mois chez le roi, explique Hugo Pirée. Parce que l’étalon, c’était la longueur d’une partie du bras du roi. Et à l’époque ça se passait avec une telle précision qu’il y a des pyramides dont les longueurs des faces latérales, à la base ne diffèrent pas de plus de 0,05 %. Donc les Egyptiens étaient déjà très précis."

Des kilos gardés précieusement sous scellés

"Le kilo de la Belgique date de 1875. C’est à cette époque qu’au niveau international, on a lancé le système de la Convention du mètre. Ça signifie que les pays doivent s’engager à tous avoir le même kilo, le même mètre, le même ampère, le même degré Celsius". Ce sont les transactions commerciales et la nécessité de disposer de mêmes unités de mesures partout, qui ont poussé les différents pays à adopter cette convention. Voilà pourquoi la métrologie est une compétence du SPF Economie. "Le kilo de café que vous achetez au supermarché, il doit être le même que le kilo qui a été empaqueté en Colombie par exemple. Il faut donc dans chaque pays un étalon national, de masse, de temps fréquence, de longueur, de toutes les unités. Et en plus des transactions commerciales, il y a aussi les mesures en matière de sécurité, comme le taux d’alcoolémie, les excès de vitesse contrôles par les radars, etc. "

Le kilo est la dernière unité qui nécessite, encore à l’heure actuelle, un objet physique de référence. "Pour toutes les autres unités, on s’est basé sur des constantes naturelles, des principes physiques qui sont les mêmes partout dans le monde. Donc on peut reproduire le niveau d’étalon le plus primaire dans n’importe quel laboratoire".

Le kilo reste donc l’exception. "Le vrai kilo d’origine du monde entier est dans un coffre-fort à Paris".

Quant au kilo absolu de la Belgique, "il en existe deux en platine et un ou deux en inox ", ils sont également dans un coffre-fort. "On le sort de temps en temps pour vérifier nos étalons de travail et pour le vérifier au bureau international des poids et mesures ".

Ce sont donc les étalons de travail que le grand public peut voir ce dimanche 4 octobre au siège du SPF économie. Des visites guidées emmènent les visiteurs dans les laboratoires du sous-sol. On y entre en marchant sur un tapis collant. "C’est pour enlever toutes les poussières de chaussures. Car nous mesurons au microgramme près et donc même une petite poussière peut influencer les mesures". Les poids sont donc sous cloche. "Il y a des protections parce que la circulation de l’air peut influencer la mesure correcte".

Le SPF économie garant de la justesse des mesures

Les entreprises peuvent se rendre dans les bureaux de l’administration pour faire vérifier leurs instruments de mesure. "Nos étalons doivent être un facteur 10 plus précis que ce qui est utilisé dans l’industrie et dans la recherche". Quant à l’exactitude des balances des pharmaciens, ou des instruments de mesures des pompes à essence, elle est confiée à des sociétés agréées qui sont accrédités et agréés par le SPF Economie.

Nous avons des laboratoires pour les longueurs, les températures, les pressions, l’électricité. Notre laboratoire temps-fréquence s’occupe de la précision du temps, puisqu’il contribue, avec un lien permanent via des satellites, à l’exactitude du temps international, donc aussi du temps belge.

La nanométrologie en constant développement

Le dernier laboratoire en date est celui de nano-métrologie. Les nanoparticules sont présentes dans de nombreux objets de notre quotidien : la crème solaire où elles servent à réfléchir le soleil, les particules abrasives dans le dentifrice, les particules antibactériennes dans les emballages de salades, etc. Prenons l’oxyde de titane présent dans la crème solaire. Ces nanoparticules sont tellement petites qu’elles peuvent entrer dans nos cellules. Il faut donc établir la limite entre le bienfait qu’elles apportent en protégeant des brûlures du soleil et le danger qu’elles représentent en entrant dans nos cellules. "Ce sont des particules mille fois plus petites qu’une cellule, précise Jasmine Petry, métrologue dans la section nanométrologie. C’est de l’ordre d’un virus. Et l’effet qu’elles peuvent avoir dépend de la dose à laquelle nos cellules sont exposées. La question est bien à partir de quelle taille est-ce dangereux, est-ce autorisé? Tout ramène à une question de mesure et de dose".

 

Pour les nanoparticules aussi, il existe un étalon de référence, bien loin du kilo en métal qui sert pour la masse. "Il existe ce que l’on appelle des particules de référence que l’on étalonne avec des instruments spécifiques qu’on a développés ici en laboratoire. Mais c’est en cours de développement. Car la technologie avance tellement vite et on en trouve dans tellement de produits que nous devons aussi adapter nos étalons, notre façon de mesurer ces particules. Ce sont donc des étalons en constante évolution".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK