Découverte d'une neuvième planète dans notre système solaire: explications

Du neuf dans notre système solaire? Deux astronomes américains auraient de solides preuves de l’existence d’une neuvième planète. L’objet, baptisé "planète 9", serait dix fois plus lourd que la Terre. Il serait également très éloigné du Soleil, d’où l’impossibilité actuelle de l’observer au télescope.

Selon les calculs et simulations des scientifiques, la " petite nouvelle " du système solaire pourrait être débusquée d’ici 5 ans. La probabilité de son existence s’élèverait à 99, 993 %. "Des mouvements étranges ont été observés dans les orbites des planètes. La seule explication que l’on peut y donner est la perturbation d’une planète géante", explique Michaël E. Brown, du California Institute of Technology. La planète 9 serait ainsi une géante gazeuse presque aussi grande que Neptune, mais encore vingt fois plus éloignée du Soleil.

"Il peut aussi s’agir d’un hasard"

Jan Cuypers, astronome à l’Observatoire Royal de Belgique, nuance la nouvelle. "Bien sûr, il y a une forte probabilité que la perturbation des trajectoires elliptiques des objets soit le fait d’une nouvelle planète. Néanmoins, il peut aussi s’agir d’un hasard, d’une sélection un peu spéciale que l’on n’aurait pas encore comprise".

Ce ne serait pourtant pas la première fois que des estimations mathématiques permettent de découvrir une nouvelle planète. Cela avait déjà été le cas avec Neptune, au milieu du 19ème siècle.

Avec nos technologies de pointe, pourquoi ne l’avons-nous jamais repérée?

Une question demeure cependant. Comment expliquer qu’avec toutes les technologies dont nous disposons, nous n’ayons pas encore pu l’observer? Pour Jan Cuypers, rien d’étonnant. "Au plus l’objet est loin du soleil, au plus il est difficile à repérer. Un objet froid n’émet quasi pas de lumière, du moins pas de lumière visible", détaille-t-il. Or les moyens actuels ne permettent pas de repérer des objets non-lumineux.

Seule la technique de l’infrarouge en est capable. Mais ce procédé n’est possible, pour l’instant, qu’à faible distance. L’infrarouge devrait néanmoins se développer dans les années à venir. Jan Cuypers en est convaincu: avec un peu de patience, on devrait pouvoir observer de visu la nouvelle planète, et même peut-être d’autres objets. Une chose est sûre : le système solaire ne nous a pas encore révélé tous ses secrets.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK