Découverte d'un sous-marin de 14-18: "Toute une histoire à écrire" grâce à cette pièce

Un sous-marin datant de la Première Guerre mondiale a été découvert en mer du Nord. Axel Tixhon, historien à l'université de Namur, spécialiste de la première Guerre Mondiale, a répondu aux questions de François Heureux dans Jour Première

Vous êtes excité par la découverte de ce sous-marin de la Première Guerre mondiale ?

"Oui absolument, c'est un armement qui est quand même typique de la Première Guerre mondiale, et c'est toujours intéressant de se dire que l'on peut avoir accès à des documents, mais aussi des objets, peut-être des personnes aussi qui sont quand même dans l'état dans lequel elles se trouvaient au moment de leur disparition il y a 100 ans. Ce n'est donc pas tous les jours qu'un historien peut avoir un accès aussi proche et aussi direct à des traces comme celles-là."

Mais en quoi cela peut faire avancer la connaissance de l'histoire de la Première Guerre mondiale ?

"On ne peut pas parler évidemment d'avancée majeure par rapport à une découverte comme celle-là, mais tout de même ce sont des pièces dont on a quand même pas gardé beaucoup d'exemplaires."

"Il y avait un peu plus de 300 sous-marins qui ont été produits pendant la Première Guerre mondiale par les Allemands. Beaucoup ont été détruits, beaucoup ont été sabordés aussi après la guerre..."

"Il y en a différents types, évidemment, mais voilà ce modèle-là est tout à fait intéressant, et donc on pourrait en savoir un peu plus sur la vie à bord, sur les systèmes techniques, il y a toute une histoire encore à écrire grâce à des pièces comme celle-là."

À l'époque, en 1914-1918, le sous-marin reste une innovation technique, c'est quelque chose qui est encore assez neuf dans l'histoire…

"C'est quelque chose qui est très neuf, oui, même s'il y avait déjà des ancêtres lors de la Guerre de Sécession. Mais, à l'époque, c'est assez mineur. Le développement des sous-marins, c'est vraiment au tout début du vingtième siècle."

"Et, pendant la Première Guerre mondiale, il y a une accélération comme dans beaucoup de domaines techniques : l'Allemagne est alors véritablement la maîtresse incontestée dans le domaine des sous-marins. Les alliés en ont eu aussi, mais c'est vraiment sa pièce majeure, puisque le reste de sa flotte est bloquée parce qu'en infériorité par rapport à la flotte britannique. Le seul domaine où les Allemands sont supérieurs, c'est au niveau des sous-marins."

Il y a eu des faits d'armes célèbres de ces sous-marins allemands qui ont coulé plusieurs grands paquebots, notamment le Lusitania…

"Ces événements ont joué aussi un rôle majeur dans la guerre en général, puisque, en mai 1915, quand le Lusitania – un paquebot qui avait un grand nombre de passagers à bord – est coulé, cela engendre une tension importante entre les États-Unis et l'Allemagne."

"Les États-Unis sont toujours neutres à ce moment-là et, suite à cet accident, l'Allemagne va alors limiter ces assauts sous-marins. Et c'est seulement au début de l'année 1917 qu'elle va reprendre – à outrance, comme elle le dit – ces attaques sous-marines, ce qui va alors officiellement entraîner l'entrée en guerre des Américains."

C'est ce qu'on appelle la première bataille de l'Atlantique, et c'est donc l'un des éléments qui ont poussé les États-Unis à entrer en guerre. Pourquoi ? Parce que les Allemands coulaient tout ce qui bougeait ?

"Absolument. En 1917, le tonnage des bateaux alliés coulés par les sous-marins est hallucinant, surtout au début de l'année où les protections des bateaux sont faibles par rapport aux sous-marins qui font un carnage et qui vont véritablement paralyser, ou en tout cas handicaper, le commerce maritime entre les États-Unis et ses alliés. C'était alors un élément important dans l'alimentation des armées française ou britannique."

Il y a même une espèce de guerre de construction. Les Anglais, par exemple, essayent de construire plus de bateaux que les Allemands…

"C'est d'ailleurs ce qui va affaiblir les attaques des sous-marins : à partir de la deuxième moitié de l'année 1917, les Américains vont construire beaucoup plus de bateaux que ce que les sous-marins peuvent détruire. À ce moment-là, les pertes deviennent relativement mineures et il y a un découragement : un commando anglais assez spectaculaire va tenter de boucher la sortie du canal de Zeebruges pour empêcher les sous-marins de sortir, ce qui va aussi poser problème aux attaques allemandes."

>> Lisez aussi : U-Boot : l'épave qui nous rappelle une sale guerre le long de nos cotes

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK