En Fédération Wallonie-Bruxelles, seuls les élèves de 6e primaire et 6e secondaire sont attendus le 18 mai

Les acteurs de l’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles se sont réunis ce samedi matin pour organiser les derniers détails de la réouverture des écoles à certains élèves.

La reprise progressive des cours dans les établissements scolaires a été décidée lors du Conseil national de Sécurité (CNS) qui s’est réuni ce vendredi pour poser les premiers pas du déconfinement en Belgique. Il ne sera pas question de remettre tous les élèves dans les classes en une fois et des règles d’hygiène strictes seront appliquées dans les écoles.

Pour le reste, chaque communauté, compétente en matière d’enseignement, met en œuvre cette rentrée selon ses modalités. Il y aura donc quelques différences entre élèves du pays.

L’intégralité de la circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles est à lire ICI

Retour en classe en deux temps pour les élèves francophones

Pour les élèves francophones, la rentrée se fera en deux temps, ne concernera pas tous les élèves et les cours ne seront pas donnés tous les jours.

  • Le 18 mai, seuls les élèves de 6e primaire et 6e (et 7e) secondaire retrouveront les bancs de l’école avec un maximum de deux jours de classe par semaine.

La situation sera évaluée avec les organisations syndicales, les organisations de parents et les pouvoirs organisateurs. Si le bilan est positif, d’autres élèves pourront à leur tour retourner à l’école.

  • Le 25 mai, les élèves de 1re et si possible 2e primaire pourront suivre un jour de classe maximum par semaine. Les élèves de 2e secondaire pourront aussi revenir pour 2 jours de leçons par semaine.
  • Les élèves qui doivent faire l’objet d’un suivi spécifique (pour des difficultés scolaires, troubles de l’apprentissage), quelle que soit leur année d’étude, pourront être invités par l’école à revenir en classe et cela à partir du 25 mai. Il s’agit de leur permettre de reprendre contact avec leurs profs au maximum une fois par semaine. C’est à l’école de voir si elle en a les capacités.

Pour les élèves qui retournent à l’école, de nouveaux apprentissages sont désormais possibles, ils doivent se limiter aux savoirs de base et aux connaissances essentielles à acquérir pour parachever au mieux l’année d’étude. Pour ceux qui restent à la maison, la règle reste la même que précédemment, il n’y aura pas de nouvelles matières enseignées à distance.

Quant aux examens de fin d’année, pas de changement, ils sont toujours annulés.

Absences répertoriées pour monitoring seulement

On le sait, l’idée de renvoyer les enfants à l’école ne rassure pas tous les parents. La Fédération Wallonie en tient compte. Ainsi, les demi-jours d’absence des élèves supposés être présents seront bien répertoriés, mais ils ne seront pas signalés, entendez qu’ils n’auront pas de conséquences. L’idée est surtout de suivre la situation et de laisser les écoles prendre contact avec les familles mais de ne pas sanctionner.

Pour les autres élèves, qui ne font pas partie des classes prioritaires, ils restent en absences justifiées.

Hygiène et distanciation renforcée

"Je veux rassurer les parents, nous prendrons toutes les mesures nécessaires de prévention", a insisté Pierre-Yves Jeholet. Lors de la conférence de presse à l’issue du conseil national de sécurité, il a ainsi détaillé ces mesures :

  • Tous les élèves dès la 6e primaire devront porter un masque ou une protection suffisante, tout au long de la journée. Le personnel d’entretien devra aussi porter des gants. Il faudra pourvoir de l’eau, du savon, du gel hydroalcoolique, et les consignes seront répétées, et il faudra veiller à leur respect.
  • Il pourra y avoir au plus 10 élèves en même temps, avec un enseignant, chaque élève devra disposer d’un espace de 4 m2.
  • Le contact physique devra être évité, les vidéoconférences seront privilégiées pour le contact avec les parents.
  • Les distances devront être respectées lors des récréations. Il n’y aura pas de repas chaud. L’accès aux toilettes sera limité.
  • Si un enfant présente des symptômes, il faudra prévenir immédiatement les parents, et l’enfant sera testé.
  • Les élèves comme les enseignants devraient porter des masques en tissu. Qui en Fédération Wallonie-Bruxelles, seront fournis par l’autorité, a expliqué la ministre Caroline Désir sur le plateau de Questions en Prime.
  • Les repas chauds ne doivent pas être servis dans le réfectoire. Les repas froids (tartines) sont préférés, de préférence en classe, à l’exception des internats, homes d’accueil et homes permanents.

Des garderies prêtes à accueillir plus d’enfants

Le travail reprend progressivement dès le 4 mai, cela veut donc dire que de plus en plus de parents auront besoin de solution de garderie. La Fédération Wallonie-Bruxelles compte donc anticiper cette augmentation, y compris pour les enfants dont les conditions sociales sont compliquées. L’accueil des enfants de parents au travail est donc prévu, dans le respect des règles d’hygiène, mais les autorités en appellent tout de même à "la responsabilité collective des parents pour que ceux-ci envisagent toutes les alternatives de garde possibles n’impliquant pas de personne à risque, afin de permettre aux écoles d’accueillir les élèves en respectant les consignes de sécurité et de se consacrer à leur mission pédagogique."

Une autre réunion pour parler notamment de l’enseignement spécialisé

On le voit, la Fédération Wallonie- Bruxelles entend avancer prudemment et progressivement. Des évaluations sont prévues tout au long de la reprise, et du coup, tout n’a pas encore été tranché. C’est le cas par exemple de la situation des élèves de l’enseignement spécialisé. Cela fera l’objet d’une nouvelle réunion des acteurs de terrain ce lundi 27 avril.

Pour ce qui est des cours de maternelles, ils restent suspendus au mois jusqu’à fin mai. "Il y aura une évaluation prévue avec les experts, pour voir si on peut envisager la reprise", a expliqué Pierre-Yves Jeholet, ministre de l’Enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles.

A noter aussi, pour ce qui est de l’enseignement artistique à horaire réduit, les académies seront fermées jusqu’au 30 juin 2020 inclus.

En Flandre, une rentrée dès le vendredi 15 mai

On l’a dit, enseignement dépend des communautés. Si le gouvernement flamand a pris ses mesures dans le même esprit que le francophone, il y aura tout de même quelques modalités pratiques différentes dans les écoles flamandes du pays.

  • Dès le vendredi 15 mai, les écoles flamandes pourront rouvrir. Jan Jambon (N-VA) a indiqué que cette journée supplémentaire constituait une phase pilote avant la rentrée du 18 mai.
  • En primaire : la reprise des cours ne concernera que les élèves de première, deuxième et sixième primaire, à raison de maximum quatre jours par semaine en 1e et 2e et deux jours par semaine pour les plus grands (complet ou par demi-journée). La réouverture des classes concerne aussi l’enseignement spécialisé. Mais là, si les écoles n’arrivent pas à ouvrir ces trois années en même temps, il faudra commencer par les élèves de 6e, puis ceux de 1e, puis ceux de 2e.
  • En secondaire : seules les 6e et 7e années retrouveront leur classe pendant maximum un jour complet par semaine.

Des discussions doivent encore se tenir en Flandre notamment sur l’enseignement supérieur, pour adulte ou encore artistique à horaire réduit.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK