Déconfinement de la culture: "Est-ce qu'on demande à la Rue Neuve de faire des tests?"

A l'initiative du mouvement "Still Standing for Culture", plus de 100 lieux culturels s'apprêtent à rouvrir leurs portes au public du 30 avril au 8 mai. Dans le respect des consignes sanitaires d'usage, mais sans autorisation préalable. A quoi s'attendre? On en débat sur le plateau de CQFD avec Delphine Houba, échevine de la Culture de la Ville de Bruxelles, Virginie Cordier, directrice du centre culturel de La Vénerie, et Alexandre Caputo, directeur du Théâtre Les Tanneurs.

Nous garantissons une qualité d'air supérieure à la plupart des lieux

Delphine Houba dit comprendre la détresse du secteur comme de la population: "On le voit, il y a une fatigue et une perte d'adhésion aux mesures sanitaires. On doit pouvoir l'entendre, d'autant que la culture apporte aussi cette bulle d'air dont on a besoin [...] Aujourd'hui, la question est: quelles conditions on donne à ces lieux pour pouvoir à nouveau accueillir le public en toute sécurité?".

Alexandre Caputo annonce la réouverture du théâtre des Tanneurs de la Ville de Bruxelles du 4 au 12 mai:"Nous jouerons pour tous les publics autorisés. Ce que nous demandons au politique, c'est de nous donner l'autorisation d'accueillir tous les publics et non seulement les professionnels comme c'est le cas aujourd'hui. Nous sommes prêts, nous avons entendu les virologues, les gouvernements, nous nous sommes équipés, nous garantissons aujourd'hui une qualité d'air de 700ppm, c'est-à-dire supérieure à la plupart des lieux. Nous pouvons accueillir du public dans le respect de la sécurité de tous. Nous invitons les politiques à venir contrôler nos installations, la qualité de notre accueil. Nous avons travaillé pendant des mois, après plus d'un an de fermeture, maintenant nous sommes prêts à rouvrir".

Un cinéma ouvert à 50 personnes le 1er mai

Virginie Cordier poursuit: "A la Vénerie, nous prévoyons une action symbolique et nous allons ouvrir notre salle [...] On a choisi de faire du cinéma, en limitant à 50 personnes sur une salle qui peut en accueillir 260, ce n'est absolument pas un problème, tout est équipé et sécurisé pour pouvoir assurer cette activité ponctuelle le 1er mai". La directrice du centre culturel de Boitsfort espère par ailleurs que la décision de justice qui vient de donner raison au guitariste Quentin Dujardin fera jursprudence: "Si on est verbalisé, on pourra contester".

Quelle sera la réaction des autorités vis à vis de ces actions non autorisées? Delphine Houba répond: "en tant qu'échevine, je me dois d'inviter les lieux culturels se situant sur ma commune à respecter les mesures. On vit dans un état de droit, c'est important [...] Même depuis le niveau local, on relaie ce besoin de perspectives. Et à partir du 8 mai, on pourra donc passer à des évènements à 50 personnes maximum à l'extérieur".

Nous n'avons pas besoin d'évènements tests

"Pourquoi l'effort doit reposer sur la seule culture?", commente Alexandre Caputo qui ne comprend pas la multiplication des évènements tests chez nous alors que ceux menés chez nos voisins ont déjà livré des résultats plaçant les lieux culturels parmi les plus sûrs.

"Une approche par activité et pas par secteur"

L'échevine de la Culture de la Ville de Bruxelles rappelle que "pour le PS, la priorité a toujours été les hôpitaux et les écoles. On est dans cette priorité de santé publique et cet enjeu de garder les écoles ouvertes. Opposer les secteurs ne sert à rien. Aujourd'hui, la clef c'est d'avoir une approche par activité et pas par secteur. Et c'est notre priorité à la Ville: équiper les lieux pour les sécuriser", assure Delphine Houba.

Ce Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L’entièreté de l'émission à revoir ci-dessous :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK