Décès en Syrie d'Andy "Ali", un Ixellois de 21 ans fiché par l'OCAM

Selon plusieurs sources syriennes, un jeune Belge d'origine rwandaise aurait été tué le mois dernier lors de combats en Syrie. Il s'agit d'Andy Bizala Lubanza dont le prénom musulman était Ali. Il était âgé de 21 ans. Son décès serait intervenu juste avant que d'autres Bruxellois ne passent à l'action lors des attaques terroristes de Paris : Abdelhamid Abaaoud, les frères Salah et Brahim Abdeslam et Bilal Hadfi, notamment. Mais d'autres sources évoquent un décès qui remontrait déjà à novembre 2014.

Andy "Ali" avait décidé de quitter ses proches pour rejoindre le groupe terroriste État islamique en février 2014, stupéfiant sa famille par cette décision soudaine. Bien que converti à l'islam, tout comme d'autres membres de sa famille, celui-ci n'avait jamais fait preuve avant son départ de signes de radicalisation. Andy "Ali" était domicilié à Ixelles et y comptait pas mal d'amis qui ont tous été surpris par ses intentions djihadistes. Ado, écoutant volontiers des rappeurs hardcore comme Booba et s'habillant à la dernière mode, il avait fréquenté l'Institut catholique de l'Enfant Jésus à Etterbeek.

Six djihadistes ixellois sur la liste de l'OCAM

Comment expliquer un revirement soudain ? Difficile à dire. La RTBF a en tout cas pu obtenir confirmation qu'Andy Ali était fiché dans la liste de l'OCAM reprenant notamment les Belges partis combattre dans les rangs de Daech. Liste datant de la mi-2015 et transmise aux autorités communales d'Ixelles, avec cinq autres noms.

Qu'ont fait les autorités communales d'Ixelles de cette liste ? Pas grand-chose vu le peu de marges de manœuvre au niveau local. Il n'empêche, dans cette liste de Foreign Fighters (combattants étrangers) figurent des returnees (des revenants) ixellois. Combien et quand sont-ils revenus ? Impossible de le savoir. À bonne source, on nous assure que les individus concernés sont suivis tant au niveau policier qu'au niveau de la prévention. Des contacts ont été pris avec ces personnes afin de permettre leur réinsertion sociale. Car on les dit "profondément marqués" par les horreurs de la guerre et "trompés" par les objectifs réels de Daech.

À noter qu'Andy "Ali" n'est pas le premier Belge à être mort après un djihad en Syrie. Une septantaine de Belges auraient été tués lors d'affrontements.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK