Décès de Henri Kichka : "Un extraordinaire passeur de mémoire" (André Flahaut)

"Henri Kichka, l'un des derniers rescapés d'Auschwitz est décédé ce 25 avril à l'âge de 94 ans. Il avait passé 1.150 jours dans les camps. Il avait survécu à l'horreur et était devenu un extraordinaire passeur de mémoire, notamment auprès des jeunes générations. C'était sa grande fierté", a réagi le député et ancien ministre de la Défense André Flahaut.

"Commémorations, hommages, rencontres dans les écoles, conférences, innombrables voyages mémoriels à Auschwitz, ... Henri Kichka, toujours animé par l'esprit de résistance, n'a jamais cessé de transmettre et de témoigner pour que l'horreur d'hier ne se reproduise pas demain. Il me disait souvent que chaque naissance - celle d'une arrière-petite-fille ou d'un arrière-petit-fils - était une victoire de plus contre le nazisme et un pied de nez à ceux qui avaient voulu sa mort, celle de sa famille, de ses amis, d'un peuple tout entier. Mes condoléances émues vont à sa famille et à ses proches. Sa mémoire est vive dans nos cœurs. Son témoignage est comme la flamme d'une bougie qui, malgré tout, continue de nous éclairer dans la nuit", a indiqué André Flahaut dans une communiqué envoyé à Belga.

Henri Kichka, survivant belge des camps d'extermination nazis, est décédé samedi à la maison de repos bruxelloise où il séjournait, vaincu par le coronavirus à l'âge de 94 ans, a communiqué son fils Michel samedi soir sur son blog et sur les réseaux sociaux. Il était le seul survivant de sa famille à l'issue de la Seconde guerre mondiale.


►►► À lire aussi : Auschwitz: le témoignage bouleversant d'Henri Kichka, un des derniers survivants


Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK