Décès d’un passager à l’aéroport de Charleroi en 2018 : "Je n'étais pas au courant", le directeur général de la police se retire temporairement

Suite à la diffusion d'images particulièrement "choquantes" d'une intervention par la police de l'aéroport de Charleroi, au cours de laquelle un passager de 38 ans a perdu la vie, André Desenfants, le numéro 2 de la police fédérale et également plus haut responsable de la police de l'aviation a présenté sa démission ce jeudi, a-t-on appris ce jeudi. 

La diffusion des images de l'intervention a provoqué de vives réactions, jusqu'au niveau politique. Pieter De Crem, ministre de l'Intérieur, a exprimé ce jeudi son indignation. 

De son côté le numéro 2 de la police fédérale belge, André Desenfants, s'est dit "profondément choqué par les images ces dernières 24h". Et d'ajouter, "je ne peux pas l'admettre ni le tolérer"

Le directeur général affirme n'avoir jamais été au courant de ces images. "Dès que j'en ai pris connaissance, j'ai immédiatement pris mes responsabilités et j'ai demandé au service de contrôle interne de diligenter plusieurs enquêtes. Une enquête vis-à-vis de l'auteur du salut nazi, une enquête qui devra se dérouler sur tous les faits qui se sont déroulés et pour laquelle j'ai demandé un accès urgent au dossier toujours à l'instruction"

Un problème de communication ?

Le numéro 2  de la police fédérale est également revenu sur les raisons pour lesquelles il n'a pas été mis au courant de cette affaire. "Comment le flux d'informations au sein de la police fédérale, au sein de ma direction générale, car à l'époque j'étais déjà directeur général de la police administrative, comment ce flux d'information s'est déroulé et comment cela est-il possible que je n'ai pas été tenu au courant", questionne André Desenfants. 

"Je ne vous cache que ce dernier aspect me pèse beaucoup. Je me sens donc empêché d'exercer mon mandat de directeur général", a déclaré ce jeudi André Desenfants. Il a donc demandé à sa hiérarchie une suspension de son mandat le temps de l'enquête, ce que cette dernière a accepté. 

André Desenfants, a réaffirmé également ce jeudi, sa détermination à faire toute la lumière sur cette affaire. Mais contrairement à ce que plusieurs informations avaient supposé plus tôt, le numéro 2 de la police fédérale ne démissionne pas. " Je ne fuis pas devant mes responsabilités (...) j'ai demandé à ce que l'on interrompe mon mandatparce que je me sens empêché de l'exercer notamment sur le volet de l'enquête concernant les flux d'information ".

Une affaire en cours d'instruction

L’affaire est en cours d’instruction depuis deux ans mais a connu un rebondissement avec la diffusion des images de l’intervention policière.

Les faits remontent au 23 février 2018 à l’aéroport de Charleroi (BSCA). Le passager de 38 ans, Jozef Chovanec, avait posé des difficultés au personnel lors de son embarquement vers Bratislava, en Slovaquie. La police fédérale aéroportuaire avait été requise pour le maîtriser, mais le passager s’était rebellé sur le tarmac.

Placé en cellule dans les locaux de la police fédérale, il s’était porté des coups violents, obligeant les policiers à intervenir de nouveau pour le maîtriser. Lors de cette opération, l’individu avait fait un arrêt cardiaque. Il était décédé quelques jours plus tard.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK