Décès d'un bébé à Charleroi: l'ONE tient à se défendre

Le père du bébé décédé
Le père du bébé décédé - © RTBF

Mardi dernier, nous écrivions qu'un couple de Charleroi avait porté plainte contre X après avoir perdu leur fille âgée de deux mois et demi, quelques jours après avoir reçu un vaccin. L'ONE se défend à travers un communiqué.

Pour les parents, la mort de leur petite fille est suspecte. Selon eux, la récente vaccination de l'enfant serait en cause. Tout en présentant ses condoléances à la famille, l'Office National de l'Enfance tient à rectifier certaines affirmations. Le jour où la vaccination a eu lieu, aucune trace de maladie n'a été relevée dans le dossier médical tenu par l'ONE. Et même une maladie bénigne ne serait pas une contre-indication à la vaccination, précise encore le communiqué.

L'ONE affirme que l'enfant n'a reçu que les vaccins recommandés pour son âge. Les parents se seraient peut-être trompés en ayant confondu une étiquette destinée aux parents, suggère l'ONE. Une étiquette commune à plusieurs vaccins sur laquelle les effets secondaires y sont exposés.

L'Office Nationale de l'Enfance aurait-il oublié de mentionner certaines complications graves possibles ? "Pour la quasi-totalité du monde médical à l'échelle de la planète, il n'y a pas de complication grave des vaccins et ceux-ci ont un intérêt majeur dans la promotion de la santé".

L'ONE croit dur comme fer dans le bien fondé de la vaccination: "Les vaccinations sont un progrès déterminant pour la santé de la population, en ce qu'ils permettent d'éviter de nombreuses maladies ainsi que la morbidité et la mortalité qui en découlent".

"L'ONE espère que l'enquête pourra rapidement faire la lumière sur les circonstances du décès de l'enfant et entend y collaborer de manière active, s'il était sollicité en ce sens".

AdC
Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir