Décès d'Arturo, "l'ours polaire le plus triste du monde"

Arturo dans son enclos le 5 février 2014, alors que des activistes tentent de l'en faire sortir à l'aide d'une pétition.
Arturo dans son enclos le 5 février 2014, alors que des activistes tentent de l'en faire sortir à l'aide d'une pétition. - © ANDRES LARROVERE - AFP

Le dernier ours polaire en captivité en Argentine est décédé dimanche dans le zoo de Mendoza (ouest), fermé au public depuis mi-juin après la mort de plus de 60 animaux en quelques mois, a annoncé l'établissement.

Arturo, mâle de 31 ans, avait été au centre d'une campagne menée par Greenpeace, qui avait réuni des milliers de signatures en 2014 pour réclamer, en vain, son transfert vers un zoo du Canada, mieux adapté.

L'animal, présenté par l'organisation de défense de l'environnement comme "l'ours le plus triste au monde" car dépressif depuis la mort de sa compagne, avait été amené des Etats-Unis 23 ans plus tôt.

La mort d'Arturo a touché plus d'une association de défense des animaux

Le zoo a précisé que l'ours était décédé d'une défaillance générale de son organisme, se trouvant déjà très affaibli en raison de son âge avancé. L'espérance de vie des ours polaires est de 15 à 30 ans.

L'hécatombe

L'établissement, qui compte environ 2000 animaux sur un espace de 48 hectares, a été fermé au public après le décès de 64 d'entre eux entre décembre et mai. L'enquête a montré que la présence de bactéries et le confinement de la plupart des espèces avaient déclenché cette vague de décès.

Greenpeace réclame désormais que le zoo de Mendoza soit transformé en éco-parc, une option étudiée par le gouvernement régional.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK