Débuter au barreau: un combat contre la précarité, le surmenage et la hiérarchie

La profession d'avocat n'a jamais été aussi prisée. Pour les jeunes au sortir de 5 ans d'étude, les débuts au barreau peuvent être difficiles. Ils sont dans l'obligation d'effectuer 3 ans de stage: cadence infernale, faible rémunération, maître de stage dictatorial, etc. L'image qu'ils se faisaient du métier n'était pas précaire ni si laborieuse.

On en compte plus de 18.000 avocats inscrits dans les barreaux belges, un nombre jamais atteint auparavant. La concurrence est rude et pour les jeunes, après 5 ans d'étude, trouver une place en stage n'est pas simple. Quand on en tient une, on tâche de tenir bon.

75 heures par mois au minimum sont requises, mais il n'est pas rare que ces jeunes avocats en prestent plus de 50 par semaine. Si pour cette cadence, certains stagiaires gagnent très bien leur vie dans les grands cabinets, les autres sont payés au barème.

Sous les robes, la précarité

À Bruxelles, 1477 euros brut la première année de stage, cela grimpera jusqu'à 1900 la troisième année. Des rémunérations encore plus basse en Wallonie, 938 euros brut la première année de stage, pour à peine plus de 1500 en troisième.

Des montants desquels, les stagiaires doivent déduire de nombreux frais, dont leurs cotisations sociales d'indépendant. Pour tenir, certains font des prêts ou demandent l'aide de leur famille.

La profession connaît de grandes disparités. Si certaines stars du barreau gagnent plus de 200.000 euros brut par an, selon une étude récente de l'ULB, 19% des avocats bruxellois déclarent moins de 25.000 euros.

Traités "comme des esclaves"

En plus des difficultés financières, certains stagiaires nous parlent de rapports difficiles avec leur maître de stage, d'être parfois traités "comme des esclaves". Une commission harcèlement avait d'ailleurs été mise en place en 2016.

Après leur 3 ans de stage, de nombreux avocats, surtout les femmes, quittent le barreau ett vont travailler dans le privé ou passent le concours de la magistrature pour entrer dans la fonction publique, leur assurant une plus grande stabilité professionnelle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK