Depuis la vache folle jusqu'à Veviba: retour sur 20 ans de scandales alimentaires en Belgique

L’affaire Veviba vient s'ajouter à la liste des scandales dans le secteur de l'agro-alimentaire. Mafia des hormones, vache folle, oeufs au fipronil... autant d'affaires qui ont mis la confiance des consommateurs à rude épreuve.

20 février 1995 - l'affaire Karel Van Noppen

Nous sommes le 20 février 1995, Karel Van Noppen, un vétérinaire travaillant pour les autorités publiques, est assassiné. Très vite, les soupçons se portent auprès de la mafia des hormones.

L'homme faisait partie de la "cellule hormones", en quelque sorte la police des polices de l'institut d'expertise vétérinaire. Cette affaire judiciaire met alors en lumière une faste fraude aux hormones active notamment en Belgique.

31 octobre 1997 : découverte du premier cas de vache folle en Belgique

C'est à Havelange, en province de Namur, que le premier cas de vache folle est identifié sur le sol belge. Cette annonce provoquera une chute de la consommation de bœuf de l’ordre de 15%

Janvier 1999 : crise de la Dioxine 

Cette année-là, des centaines de milliers de poulets sont abattus préventivement. Les magasins d’alimentation retirent leur denrée. Des traces de substances toxiques sont détectées dans quelques élevages du pays. Ce scandale aura des conséquences politiques : l'Afsca, l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire, voit le jour un an plus tard.

>>> À lire aussi : Tout savoir sur l'AFSCA: depuis quand, comment, pourquoi, payée par qui...?

"Ce qui a changé depuis, c'est qu'on a mis en place l'Afsca et un système de contrôle. On a maintenant de la traçabilité, mais en fait le système est devenu encore plus concentré. Donc une fraude a encore des conséquences très importantes, bien qu'il y ait maintenant des systèmes de contrôle", analyse Philippe Baret, professeur à la faculté des bioingénieurs de l'UCL, au micro de la RTBF.

Grippe H5N1, lasagnes au cheval et oeufs au fipronil

Depuis d’autres problèmes sanitaires ou fraude issue de l’industrie agro-alimentaire ont touché la Belgique ou des pays proche de chez nous. Ainsi, en novembre 2005, la grippe aviaire H5N1 inquiète le secteur. Suivra l'affaire des lasagnes contenant de la viande de cheval... étiquetée comme du boeuf. Et plus récemment, ce sera le scandale des œufs contaminés au fipronil.

Au fil des crises une constante : le délai pour identifier ces fraudes s’agrandit. "En 1999 on a eu la crise de la dioxine. Les premiers indices sont apparus au mois de novembre-décembre et on a pris des mesures en mai. Il a donc fallu un peu plus de 5 mois. En 2017, avec le fipronil, entre les premiers indices et les décisions de retirer les oeufs du marché, il a fallu 8 mois. Et aujourd'hui, en 2018, pour le scandale Veviba, entre les déclarations du Kosovo et les actions de fermeture à Bastogne, il a fallu 18 mois", détaille encore Philippe Baret.

Le rapport de l’Afsca sur le Scandale Veviba sera débattu en Commission à la Chambre ce lundi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK