D'un centre pour demandeurs d'asile à la scène de l'Olympia: la vie de Bryn

Bryn à l'Olympia
2 images
Bryn à l'Olympia - © Tous droits réservés

Bryn : son nom était écrit lundi soir en lettres de lumière, les lettres rouges de la façade de l’Olympia qui indiquent quel artiste sera sur scène le soir. Alors bien entendu, le nom de Bryn était écrit en bien plus petit que celui de Bilal Hassani, la star de la soirée. N’empêche. Quel chemin parcouru par ce jeune homme de vingt ans originaire du Rwanda et qui a passé son adolescence dans un centre fédasil, à Bovigny.

Elève modèle

Bryan (Bryn est son nom d’artiste) n’avait que 12 ans lorsqu’il arrive en Belgique. Avec son frère Prince, on l’inscrit à l’Athénée de Vielsalm où il va faire toutes ses études secondaires. Bryan est un très bon élève. Mais en 2015, c’est le choc. La famille Mugande reçoit l’ordre de quitter le territoire. Toute l’école se mobilise alors pour attirer l’attention des politiques et des médias. Et cela fonctionne. Bryan et Prince sont autorisés à rester en Belgique et à poursuivre leurs études à Vielsalm.

Bruxelles, ma belle

Son diplôme de secondaire en poche, le jeune homme décide de tenter sa chance à Bruxelles. Etant donné ses résultats, ses parents et ses professeurs pensaient qu’il irait à l’université, suivre des études d’ingénieur. Mais Bryan a d’autres rêves. Au centre fédasil, il a appris à jouer de la guitare et du synthé. Et depuis ses 12 ans, il écrit des chansons. Bryan s’inscrit dans une école de communication et travaille parallèlement pour financer son rêve, à savoir produire un disque. Petit à petit la sauce commence à prendre. Il rencontre Simon Kremar, un étudiant preneur de son avec qui il se lie d’amitié et se met à travailler ses chansons. Suivent les premières scènes, petites mais encourageantes.

Bilal Hassani

C’est un peu au culot que Bryan devenu Bryn (prononcez "braine", comme le cerveau en anglais) décide d’envoyer un tweet à Bilal Hassani, le jeune représentant français à l’Eurovision. Les deux jeunes gens ont des points communs, comme le courage de ne pas être dans la norme et l’envie de vivre leurs rêves. Bilal s’intéresse à ce jeune artiste qui lui propose de faire sa première partie alors qu’il n’a écrit que quelques morceaux. Le courant passe et c’est comme ça que Bryn se retrouve lundi soir, devant un Olympia plein à craquer, pour offrir un mini concert de 15 minutes.

Un rêve devenu réalité

L’Olympia de lundir soir n’était que le huitième concert de Bryn. Mais il n’a pas laissé passer sa chance. Très rapidement, le jeune homme a réussi à séduire le public venu pour applaudir Bilal. Au son de sa musique pop, le public s’est même levé pour danser avec lui. Et à la sortie du concert le jeune chanteur a été surpris du nombre de spectateurs qui voulaient prendre un selfie avec lui, lui parler, lui demander un autographe. Une soirée mémorable pour ce jeune qui n’avait pourtant pas que des bonnes cartes dans son jeu au départ. Et qui compte bien ne pas en rester là. Son premier single "A Degree" devrait sortir en novembre. Et Bryn ne compte pas en rester là. Si vous souhaitez découvrir son univers, voici un lien qui vous permettra de la faire.

Reportage dans notre journal télévisé (19h30):

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK