Dans les sciences, les femmes toujours sous-représentées

Sous-représentées dans le secteur de la recherche au plan mondial, les femmes sont aussi toujours largement minoritaires dans les métiers scientifiques, au risque de "rater le coche des emplois de demain", selon une étude de l’Unesco.

Elles ne représentent que 28% des diplômés en ingénierie et 40% des diplômés en informatique, 22% des professionnels de l’intelligence artificielle…, selon l’extrait d’un rapport sur la science, prévu pour avril, mais dont l’Unesco publie le chapitre consacré au genre à l’occasion de la Journée internationale des femmes et des filles de science le 11 février.


►►► À lire aussi : Onze noms de femmes tiennent la corde pour rebaptiser le tunnel Léopold II à Bruxelles


Les femmes demeurent notamment minoritaires dans les technologies de l’information numérique, l’informatique, la physique, les mathématiques et l’ingénierie, "soit autant de disciplines centrales de la quatrième révolution industrielles et porteuses des métiers de demain", soulignent les auteurs.

Les femmes et les jeunes filles sont tenues à l’écart des domaines liés à la science

Or, souvent, les femmes exercent précisément des métiers menacés par cette révolution. Selon une étude menée en 2011-2017 en Angleterre, elles occupaient 70% des emplois à fort risque d’automatisation et seulement 43% des emplois les moins menacés, rappelle le rapport. Et leur sous-représentation dans les métiers scientifiques "est d’autant plus problématique que l’on déplore une pénurie de compétences dans bon nombre de ces domaines, notamment dans le secteur de l’IA", ajoutent-ils.

"Aujourd’hui encore, au 21e siècle, les femmes et les jeunes filles sont tenues à l’écart des domaines liés à la science, du fait de leur genre", a souligné la directrice générale de l’agence de l’ONU en charge de l’éducation, la science et la culture, Audrey Azoulay, citée dans un communiqué.

Les moyennes mondiales cachent de belles disparités

L’Algérie peut ainsi s’enorgueillir d’une proportion de 48,5% d’ingénieures et de 48,9% de femmes dans les technologies de l’information et de la communication (TIC), le Bénin de 54,5% d’ingénieures et de 55,1% de femmes dans les TIC, quand la Suisse plafonne respectivement à 16% et 9,9%, les États-Unis à 20,4% et 23,6%, les Pays-Bas à 23,1% et 14,5%…


►►► À lire aussi : Prix littéraire : où sont les femmes ?


De fait, la proportion de femmes parmi les diplômés en ingénierie est inférieure à la moyenne mondiale dans de nombreux États membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (Australie : 23,2%, Canada : 19,7%, Chili : 17,7%, République de Corée : 20,1%, France : 26,1%, Japon : 14,0%).

En Belgique, la proportion de femmes parmi les diplômés en ingénierie était de 23,4% en 2017 mais seuls 9,9% des diplômés en TIC étaient des femmes.

 

 

Sur le même sujet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK