TomorrowWorld: quand des Belges organisent le nouveau Woodstock à Atlanta

Dans les coulisses de TomorrowWorld
Dans les coulisses de TomorrowWorld - © RTBF

Vous connaissez sans doute TomorrowLand, le festival de musique électro classé "meilleur événement musical au monde". Face à ce succès sold out en seulement quelques minutes, les organisateurs ont décidé de l'exporter aux Etats-Unis. François Mazure a pu se glisser dans les coulisses de ce concept 100% belge. Reportage à voir ce dimanche au Journal télévisé.

Bienvenu à TomorrowWorld, le plus grand rassemblement électro de l’histoire des Etats-Unis. Trois jours durant, 150.000 festivaliers dansent, crient, exultent sur les beats des plus grands DJ’s. Et figurez-vous que ce "Woodstock" du 21è siècle version électro… est entièrement conçu par des belges. Ainsi, pour montrer aux américains comment on organise le meilleur festival au monde, une véritable colonie belge a traversé l’Atlantique. Debby Wilmsen en fait partie. "Aux Etats-Unis, un festival de musique c’est un podium, un bar, un parking…" dit-elle. "Nous, nous attachons beaucoup d’importance à tous les détails, notamment l’esthétique des scènes et des décors et tout le confort des festivaliers".

Alors bien-sûr, les organisateurs de Tomorrowland ne sont pas venus les mains vides… 80 conteneurs ont quitté la Belgique pour notamment déplacer les décors mythiques du festival… Et pour ce qui est de la location des 200 hectares de terrain dans la campagne à quelques kilomètres d’Atlanta, là aussi le propriétaire est belge. Dans son paisible chalet américain, le champion d’équitation et entrepreneur à succès Carl Bouckaert n’aurait jamais imaginé qu’il assisterait un jour à un tel paysage : "avoir un tel événement féérique dans mon jardin, c’est tout simplement inouï, magnifique".

En Belgique, deux millions de personnes ont tenté d’obtenir l’un des 180.000 tickets du festival Tomorrowland. Alors pour satisfaire le plus grand nombre, cette version américaine a vu le jour et est devenue à sa manière un incroyable ambassadeur de la Belgique. 80 nationalités différentes sont réunies ici. L’occasion pour l’organisation de mettre en avant les produits belges : frites, gaufres et bien-sûr bières du plat pays… les festivaliers sont devenus incollables sur la Belgique.

"Nous avons fait beaucoup de recherches sur le net, on rêvait d'y aller et lorsqu'on a appris que ce festival belge viendrait ici, on était les premiers à attendre sur internet pour obtenir un ticket à temps" nous dit une jeune festivalière américaine.

Autre exclusivité TomorrowWorld, le centre de crise imaginé par les organisateurs du festival. D’ordinaire, seuls les pompiers, la police et la sécurité composent les secours. Ici, on est allé bien plus loin. Un hélicoptère, 178 caméras de surveillance, 200 stewards, plusieurs météorologues et dans la salle de contrôle, toutes les dernières technologies disponibles.

Mais faut-il le rappeler, TomorrowWorld à beau ressembler à  un grand parc de loisirs. C’est avant tout un festival de musique. 300 DJ’s se partagent les platines sur le week-end. Et à côtés des David Guetta, Tiesto et autres Armin Van Buuren qui mixent à prix d’or, il y a tous les autres pour qui TomorrowWorld et Tommorowland représentent une incomparable vitrine.

Le jeune DJ belge "DJ Licious" le reconnait, ce festival est "un fantastique tremplin pour ma carrière, Tomorroworld, c’est le top pour tous les DJ’s".

La croissance des concepts Tomorrowland et Tomorrowworld est telle qu’on se peut se demander aujourd’hui où s’arrêtera l’expansion de ce festivals qui fait danser la planète.  Il se dit que l'ambition des organisateurs belges  serait l’organisation d’un festival TomorrowWorld sur chaque continent. Une invasion électro dont seul le ciel est désormais la limite.

François Mazure

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK