Dans le collimateur de l'AFSCA, la tarte au riz défendue par le ministre Collin

Lait cru ou non, pas question de s'attaquer à cette tradition, répond René Collin.
Lait cru ou non, pas question de s'attaquer à cette tradition, répond René Collin. - © Tous droits réservés

L'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) pointe du doigt la méthode de préparation de la tarte au riz, pâtisserie chère notamment aux Verviétois.

En cause: l'utilisation du lait cru, autrement dit non-pasteurisé, qui entraîne un risque bactérien plus important. À cela s'ajoute la méthode de conservation, traditionnellement à température ambiante plutôt qu'au frais, qui, selon l'AFSCA, accentue le phénomène.

Le ministre défendra "vigoureusement" la tarte

Le ministre wallon de l'Agriculture René Collin (cdH) dit ce mercredi s'étonner de la remise en cause de cette "fierté régionale" que constitue la tarte au riz. "Le recours au lait cru, produit et conditionné dans le respect des règles sanitaires n'est, en soi, pas plus dangereux que le lait pasteurisé", précise le communiqué du ministre paru ce mercredi.

Rappelant malgré tout "l'obligation de traçabilité des produits utilisés", René Collin affirme avoir l'intention de "défendre vigoureusement le savoir-faire et la recherche de la qualité constante qui sont la priorité de nos éleveurs et artisans".

"Nos boulangers sont les gardiens de nos traditions; celles du travail, de l'amour de la terre, des animaux, des produits de qualité, du goût wallon. Plus que jamais, ce sont les actes de production et consommation que nous posons qui deviendront à leur tour les gardiens de nos traditions", conclut le ministre de l'Agriculture.

Le ministre Borsus veut rassurer

"Les tartes au riz sont actuellement déjà conservées à température ambiante. Toutefois, l'AFSCA, s'est interrogé de savoir s'il n'était pas indiqué de les conserver à 7°, a réagi dans un communiqué Willy Borsus, qui est le ministre fédéral de tutelle de l'AFSCA. C'est pourquoi, de concert avec le secteur, l'AFSCA a commandité une étude sur le sujet afin de se pencher sur la question. Les résultats seront disponibles en septembre."

"Aucune décision ne sera prise sans concertation avec le secteur et avec l'AFSCA", ajoute-t-il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK