Danemark: une crèche mise sur l'apprentissage de l'égalité des genres

Une crèche de Copenhague mise tout sur l'apprentissage de l'égalité des sexes (illustration)
Une crèche de Copenhague mise tout sur l'apprentissage de l'égalité des sexes (illustration) - © JONATHAN NACKSTRAND - BELGAIMAGE

Des crèches tendent à instaurer plus d'égalité entre filles et garçon dès le plus jeune âge. La Scandinavie est souvent citée en exemple en la matière. Depuis quelques années maintenant, une crèche de Copenhague met justement l'accent sur cet apprentissage.

De l’extérieur, rien ne différencie cette crèche des autres crèches de ce quartier de Copenhague. Pendant que les petites Valencia et Silje grimpent sur les chevaux de bois dans le jardin, Silas, un petit garçon de cinq ans, découpe les lettres de l’alphabet.

La méthode est subtile, il faut tendre l’oreille pour se rendre compte que nous sommes dans l’unique crèche du Danemark où l’on met l’accent sur l'apprentissage de l’égalité des genres. Le principe repose sur la liberté des enfants dans leurs choix de leurs jouets et de leurs vêtements, loin des contraintes et des jugements sociaux.

Signe est une des éducatrices à la crèche La Planète terre qui compte une petite trentaine d’enfants et explique que "par exemple, nous évitons d’utiliser les termes 'filles' et 'garçons', de dire 'les filles, on va faire des colliers de perles', ou 'les garçons, on va jouer au foot'. Le mot revient parfois naturellement mais c’est quelque chose dont nous parlons souvent et que nous essayons de ne pas faire. Quant aux activités, elles sont pensées pour tous les enfants et pas pour un genre déterminé".

AnnMarie est la maman d’une petite fille qui fréquente la crèche depuis deux ans et cela faisait longtemps qu’elle attendait qu’une institution comme celle-là fasse son apparition au Danemark. Elle constate que la méthode aide son enfant à développer sa personnalité: "Ce n’est pas une question de vouloir que tous les enfants soient pareils ou d’effacer leurs différences, au contraire. C’est une question de donner la possibilité aux enfants de pouvoir choisir qui ils sont. Et c’est aussi une question qu’aucun d’eux ne se sente rejeté s’il n’entre dans aucune case construite par la société".

La théorie du genre divise au Danemark. Le gouvernement n’a pas encore tranché, contrairement à la Norvège qui en a fait l’un des piliers de sa politique pour l’égalité des chance.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK