D'où viennent les rumeurs de ballets roses agitées par Laurent Louis?

Le complot pédophile impliquant de hautes pesronnalités revient régulièrement à la une, comme lors de l'affaire Dutroux. Mais rien n'étaye cette thèse une fois encore agitée par le député Laurent Louis.
Le complot pédophile impliquant de hautes pesronnalités revient régulièrement à la une, comme lors de l'affaire Dutroux. Mais rien n'étaye cette thèse une fois encore agitée par le député Laurent Louis. - © Archive Belga / Olivier Hoslet

En divulguant le rapport d'autopsie de Julie et Mélissa, soulevant ainsi une vague de réprobation, le député Laurent Louis ressort la théorie du complot pédophile. Ce n'est pas une théorie d'ailleurs, c'est une rumeur - la participation de hautes personnalités dans des ballets roses, avec des mineurs - et cette rumeur est loin d'être neuve.

De tous temps, elle a été jugée complètement farfelue. Elle est née au début des années 80, mise au point par un psychiatre belge, le Docteur Pinon, qui voulait se venger de son épouse qui l'avait cocufié. Il l'a donc impliquée dans des ballets roses où apparaissait notre Roi actuel, des généraux de gendarmerie, des magistrats, etc. Toute cette affaire a été investiguée au niveau du Parquet de Nivelles au début des années 80. La conclusion a été qu'il n'y avait absolument rien et on s'est aperçu très vite qu'il s'agissait de délire d'un psychiatre un peu fou.

Et puis, on a vu au moment des tueries du Brabant, cette théorie réapparaître. C'était le mobile des tueries: il fallait récupérer des cassettes qui avaient été tournées pendant ces ballets roses. Il y a eu trente-six enquêtes, résultat nul.

Dans un deuxième temps, lorsque l'affaire Dutroux est apparue, vers 1996, à nouveau, ce monstre du Loch Ness, cette théorie des ballets roses, est réapparue et il faut bien dire que le Procureur Bourlet a été dans un premier temps séduit par ces théories. Ça a été repris à un certain moment par Patrick Moriau, le Député PS et on a vu apparaître aussi une espèce de journaliste escroc luxembourgeois, un certain Nick, Jean Nicolas, qui dirigeait l'hebdomadaire "L'Investigateur" et qui a essayé de propager à nouveau cette théorie en rapport avec l'affaire Dutroux.

Ces théories ont été prises au sérieux. on ne peut pas dire qu'on n'a rien fait, qu'on n'a pas investigué et il y a eu de nombreux enquêteurs qui se sont lancés sur cette piste. Mais le résultat a été absolument nul. Tout au contraire, on s'est aperçu qu'il y avait une énorme manipulation derrière tout cela.

Gérard Rogge (propos recueillis par F. Kirsch)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK