Cyclistes: voilà quelques conseils pour rouler sous la pluie

Illustration - Quelques conseils pour rouler sous la pluie.
Illustration - Quelques conseils pour rouler sous la pluie. - © WANG ZHAO - AFP

Avec la crise sanitaire, nombreux ont opté pour le vélo, surtout dans les grandes villes. Une pratique favorisée par le beau temps que la Belgique a connu au printemps et cet été. Mais depuis quelques jours, la pluie a fait son retour et avec elle des routes et des infrastructures parfois glissantes. Avec le retour de ces premières, des routes "grasses" (pluies qui se mélangent aux résidus présents sur la chaussée et forment une boue) et le risque de chutes.

Pour les éviter, voici quelques conseils récoltés auprès d’Aurélie Willems, la porte-parole du Gracq (Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens) qui représente les cyclistes en Belgique francophone et défend leurs intérêts.

Un bon équipement

Tout d’abord Aurélie Willems conseille aux cyclistes d’opter pour un bon équipement : une bonne veste et éventuellement un bon pantalon de pluie. Mieux vous serez équipés mieux vous vivrez le fait de rouler sous la pluie. Pensez également à des sacoches étanches qui vous permettront de garder vos vêtements et autres affaires au sec.

D’autres équipements pourraient également vous être utiles, ils sont détaillés sur le site internet du Gracq.

Un vélo en bon état

Pour attaquer l’automne et l’hiver, rien de mieux que d’avoir un vélo en bon état. Pour en être certain, le Gracq conseille vivement d’aller faire un entretien de son vélo. "Car si les freins ne fonctionnent pas bien en cas de pluie, ils vont réagir moins facilement", explique Aurélie Willems. Et "si les pneus sont dégonflés, cela peut avoir des conséquences plus dramatiques".

Attention d’ailleurs à l’usure des pneus. Il suffit d’y jeter un œil pour si les pneus ne sont pas craquelés à certains endroits ou s’ils sont lisses. Dans ce cas, mieux vaut les changer car "si les freins ne sont pas en bon état et que les pneus sont lisses, et que l’on passe sur une surface glissante, on augmente le risque de chute".

Pour ceux qui se demandent s’il n’existe pas des pneus plus adaptés pour la pluie, sachez qu’il y en a toute une panoplie avec des crantages parfois un peu différents. Le mieux est de demander conseil à votre réparateur de vélo qui vous conseillera un pneu adapté à votre parcours quotidien, en fonction que vous ne fassiez que de la ville ou non.

Mais "un vélo classique, avec des pneus classiques, s’ils sont en bon état, sont suffisants pour la ville", estime Aurélie Willems. Maintenant, "c’est sûr que si on roule avec des pneus de type vélo de course avec de fins boyaux, ça va être des pneus beaucoup plus glissants que des pneus de type VTT, par exemple. Et donc, il faut un peu trouver l’équilibre au niveau de l’utilisation. Notamment, si c’est une utilisation en ville, c’est sûr qu’il ne faut pas de trop gros pneus, mais il faut quand même des pneus avec un crantage qui permet suffisamment d’adhérence".

Une conduite adaptée

Sous la pluie à vélo, comme en voiture, mieux vaut avoir une conduite adaptée "en sachant que les distances de freinage sont plus grandes quand le revêtement est mouillé, donc il faut l’anticiper. Éviter de freiner brusquement si on veut éviter les glissades", prévient-elle.

"Il faut aussi savoir qu’il y a des revêtements de sol qui sont plus glissants que d’autres comme les pavés et les surfaces métalliques". Et d’ajouter, qu'"à Bruxelles notamment, il faut faire très attention aux rails de tram".

En cas de pluie, mieux vaut les éviter si c’est possible, sinon, les traverser "de manière perpendiculaire".

Attention aussi aux "gros paquets de feuilles qui peuvent cacher une grosse plaque métallique ou autre", principalement sur les pistes cyclables le long des parcs.

Même si au final "il n’y a pas de conseil miracle", il faut juste "redoubler de prudence".

Une petite astuce quand même : allez consulter des applications comme "Buienradar". "Elles sont très bien faites et permettent de voir en temps réel l’arrivée des nuages" et donc de la pluie. L’occasion si c’est possible d’avancer ou de retarder son départ pour le travail, histoire de ne pas rouler sous la pluie qui au final n’est pas aussi fréquente qu’on le croit.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK