Cybercriminalité: en Flandre, un cours intensif pour les policiers

Les policiers sont-ils formés à la cybercriminalité ?
Les policiers sont-ils formés à la cybercriminalité ? - © AFP PHOTO DAMIEN MEYER

Arnaques à la nigériane, phishing, piratage de mails ou de comptes,... La cybercriminalité est en constante augmentation en Belgique. Mais les connaissances informatiques des policiers laissent, elles, parfois à désirer.

C'est le Standaard qui rapporte l'information. Les policiers de Flandre orientale suivent des cours, de un à trois jours, selon leur besoin de formation et leur fonction. Ils y apprennent à poser les bonnes questions quand ils reçoivent une plainte pour piratage ou à tracer des utilisateurs quand des discours de haine sont tenus sur les réseaux sociaux.

Le but ? Que les policiers puissent donner les "premiers secours" en cas de cybercriminalité, afin que les unités spécialisées ne soient pas surchargées et qu'elles puissent s'occuper des cas plus compliqués.

Ceci dit, rien de neuf. En Belgique francophone, cela fait des années que des formations sont organisées dans les zones de police locales. Ainsi, un projet-pilote a été lancé à Tournai, en 2007, afin de former des référents parmi les policiers de première ligne. Depuis lors, ce projet s'est étendu...

Actuellement, des formations ont lieu dans les zones de police de Bruxelles-Capitale, nous a confirmé Olivier Bogaert, de la Computer Crime Unit.

Mais, explique-t-il, il existe encore parfois des réticences au niveau des zones de police locales, qui considèrent que la criminalité informatique nécessite l'appui technique de la police fédérale.

Mais cela devrait évoluer, la cybercriminalité étant en constance augmentation (60% des Belges ont été touchés en 2012), les policiers de terrain risquent d'y être de plus en plus confrontés...

J.C.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK