Cure anti-coronavirus : après la chloroquine, le favipiravir japonais (ou Avigan) ?

Le favipiravir de Fujifilm, commercialisé sous le nom d'Avigan est-il le remède que tout le monde attend contre le coronavirus ?
3 images
Le favipiravir de Fujifilm, commercialisé sous le nom d'Avigan est-il le remède que tout le monde attend contre le coronavirus ? - © KAZUHIRO NOGI - AFP

Dans sa quête de médicaments efficaces contre le nouveau coronavirus, le ministère chinois de la Science et de la Technologie a affirmé la semaine dernière que les essais cliniques sur le favipiravir, le principe actif du médicament antigrippal Avigan de Fujifilm, avaient donné de "très bons résultats" pour traiter le Covid-19. Peut-être même parmi les meilleurs jusqu'à présent réalisés. Alors que la chloroquine continue de susciter le débat, le favipiravir est-il en passe de porter un autre coup au SARS-CoV-2 ? Plusieurs signaux pourraient le laisser croire, même si son efficacité semble surtout vérifiée en début de pathologie et hors complications graves. 

Un taux de guérison de 91 %

Tout commence par une conférence de presse la semaine dernière, en Chine. Lors d'un point presse habituel, Zhang Xinmin, l'un des responsables du ministère chinois de la Science et de la Technologie, déclare que des essais cliniques pratiqués sur plus de 300 patients dans divers hôpitaux situés à Wuhan et Shenzhen semblent avoir été concluants.

Ces patients ont fait l'objet d'un traitement avec du favipiravir, le nom générique de l'Avigan, un médicament japonais connu pour ses vertus anti-grippe. Les patients étudiés ont été guéris en moyenne quatre jours après avoir contracté le coronavirus, contre 11 jours en moyenne pour les cas sans traitement.


►►► À lire aussi : Coronavirus : quatre traitements sont actuellement à l'essai en Europe


Des vérifications à l’aide d'un examen radiologique des poumons ont permis d’observer la guérison des composants pulmonaires. Dans 91 % des cas traités avec le favipiravir, les poumons se sont donc révélés guéris.

 "Le favipiravir présente un haut degré de sécurité et est clairement efficace dans le traitement du COVID-19", a ajouté Zhang Xinmin aux journalistes.

Quid des cas graves ?

Passée presqu'inaperçue chez les scientifiques, l'annonce a suscité l'enthousiasme de la bourse de Tokyo où le titre Fuji a pris 15% malgré les nombreuses zones d'ombre subsistantes. Comme l'explique The Guardian, cet antiviral n'est pas neuf. Utilisé au Japon depuis 2014, le favipiravir est utilisé dans le traitement de souches virales résistantes aux antiviraux classiques et a prouvé par le passé son effficacité face à l'Ebola.

Dans le cadre de la lutte contre le COVID-19, le favipiravir a été utilisé pour traiter des patients positifs présentant des symptômes légers à modérés afin d'empêcher le virus de se multiplier. Cependant, lorsque le SARS-CoV-2 est déjà bien installé chez le patient ce traitement ne semble pas très efficace de l'aveu même des médecins japonais.  L'efficacité de l'Avigan japonais ne serait optimisable qu'à la condition de le coupler avec un dépistage rapide des personnes infectées. 

Au Japon, le favipiravir devrait faire l’objet d’une approbation pour une utilisation à grande échelle afin de traiter le coronavirus. Cette autorisation pourrait intervenir dans le courant du mois de mai.

Interdit en Europe, mais désormais testé en Italie

En Italie, la situation sanitaire compliquée a poussé le ministre de la Santé Roberto Speranza à annoncer que l'agence italienne du médicament allait procéder au test du "médicament japonais" afin d'évaluer son impact sur les premiers stades de la maladie. Une décision qui intervient après les nombreuses pressions exercées par les présidents des régions de Vénétie et de Lombardie, Zaia et Fontana, pressés d'offrir un remède à leurs administrés.

Dans la foulée, si Fujifilm Italia a confirmé dans un communiqué que l'Avigan est effectivement administré à des patients de Covid-19 au Japon à des fins d'études cliniques, la firme japonaise a également précisé que  "pour le moment il n'existe aucune preuve scientifique clinique publique pour démontrer l'efficacité et la sécurité d'Avigan contre Covid-19 chez les être humains.


►►► À lire aussi: Notre dossier sur le coronavirus


L'étude d'observation Covid-19 est menée par des institutions médicales qui coopèrent avec des équipes établies par le Centre national pour la santé et la médecine mondiales du Japon. Dans cette même note, Fujifilm précise être au courant que "le favipiravir (version générique) a été administré à des patients de Covid-19 en Chine", mais précise que "Fujifilm n'a joué aucun rôle dans la recherche ci-dessus et n'est donc pas en mesure de commenter ces résultats."

Effets secondaires

La Corée du Sud, elle, n'a pas attendu pour prendre sa décision. Les effets secondaires potentiellement négatifs, notamment des déformations du foetus chez les femmes enceintes, ont convaincu les autorités de se passer du médicament japonais, estimant que les preuves de son efficacité étaient insuffisantes au vu des risques encourus.

Concernant la Belgique, l'Avigan n'est pas disponible chez nous comme l'a confirmé l'Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS) à la RTBF. L'AFMPS demeure cependant très attentive aux essais cliniques ayant lieu actuellement, notamment en Italie, afin de prendre la mesure des résultats.