Crise sanitaire : de nombreux indépendants vivent un véritable cauchemar

Pour endiguer la propagation du Covid-19 dans notre pays, certains doivent davantage se serrer la ceinture que d’autres. Les petits commerçants, déjà peu épargnés lors de la première vague, doivent garder portes closes depuis plusieurs semaines. Entre craintes, sacrifices et incertitudes, ils sont nombreux à crier leur désarroi. À Liège, une jeune indépendante a décidé de mettre fin à ses jours. Alysson avait 24 ans, elle s’était lancée dans son activité de barbière au mois d’août dernier. Face aux difficultés financières liées à la crise du coronavirus, elle a mis fin à ses jours.

Pour Isabelle Moulhan, traiteur à Trooz, cette annonce lui fait froid dans le dos. "Cette annonce m’a retourné. Et m’a mise hors de nous. Elle avait l’âge de ma fille".

En tant que traiteur spécialisé dans l’événementiel, l’agenda de cette indépendante est vide. Et beaucoup d’incertitudes règnent autour d’une reprise éventuelle de son métier.

"Les banquets, cette année, il y en a eu zéro. L’année prochaine est-ce qu’on pourra en faire ? Je n’en sais rien. On ne sait pas de quoi est fait l’avenir. C’est très dur moralement. On ne dort plus. C’est très difficile.", témoigne l’indépendante liégeoise.

Si je n’avais pas ma famille qui me soutient énormément, je ne sais pas ce que je ferais

Au mois de mars, cette indépendante avait également acheté une foodtruck pour y vendre des hamburgers. Un achat qui a porté ses fruits, du moins au début. "Ça a marché un petit peu ici à la maison mais ça ne marche plus".

Les indépendants se sentent abandonnés par le gouvernement. "L’état ne nous aide pas et nous laisse de côté. Ils promettent des choses qu’on ne reçoit pas donc c’est dur. Si je n’avais pas ma famille qui me soutient énormément, je ne sais pas ce que je ferais.", rajoute-t-elle.

Alors qu’on approche doucement des fêtes de fin d’année, à savoir une période cruciale pour son commerce, l’avenir d’Isabelle Moulhan est indécis.

"Le retour à la normale personne ne sait quand il aura lieu ni même quand il aura lieu", conclut l’indépendante.

 

Extrait du JT du 18 novembre :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK