Crise des œufs contaminés au fipronil: ce que l'on sait

Oeufs et fipronil, la Belgique au centre d'une tempête européenne?
Oeufs et fipronil, la Belgique au centre d'une tempête européenne? - © Wikimedia

C'est un scandale qui trouve ses origines en province d'Anvers, mais qui éclabousse surtout les pays limitrophes au nôtre. Ce scandale, c'est celui des œufs contaminés au fipronil, un insecticide utilisé dans l'éradication du pou rouge. De "mesures de précaution" en "mesures de précautions", nous sommes passés de quelques milliers d’œufs potentiellement contaminés à plusieurs millions devenus "toxiques". Comment en sommes-nous arrivés là ? Pourquoi l'Afsca semble-t-elle calmer le jeu alors que ses homologues allemands et néerlandais sont beaucoup plus alarmistes?  

Fin juillet: l'Afsca retire des rayons les œufs d'un certain nombre d'entreprises de volaille flamande

Ce sont la Gazet Van Antwerpen et De Standaard qui l'annoncent, l'Afsca fait retirer du marché des oeufs issus d'élevages ciblés. En cause, des tests ayant démontrés que ceux-ci avaient été contaminés par du fipronil, un insecticide interdit mais néanmoins utilisé dans diverses solutions de nettoyage. La distribution des œufs en question a dès lors été arrêtée par principe de précaution.Officiellement, ceux-ci ne représentant aucun danger pour la santé publique.

L'Afsca insiste sur la non-toxicité et le principe de précaution. Dans les faits, seule une entreprises de Ravels, dans la province d'Anvers, aurait fournit des des solutions de nettoyage contenant du fipronil à des entreprises de volaille.

A l'origine de l'affaire, des éleveurs de volailles aux Pays-Bas ayant fait appel à Chickfriend, une société de Ravels spécialisée pour éradiquer la prolifération du pou rouge, un parasite très néfaste pour les poules. Cette société aurait employé un produit à base de plantes, le Dega 16, contaminé par le principe actif du fipronil.

Début août: Pays-Bas et Allemagne lancent l'alerte

La Nederlandse Voedsel- en Warenautoriteit (NVWA), équivalent local de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), a invité lundi la population néerlandaise à ne pas consommer des œufs portant les codes X-NL-40155XX* en raison de leur haute concentration en Fipronil et du danger qu'ils représentent. En grande quantité, cet insecticide peut en effet se révéler nocif pour les reins, le foie et la glande thyroïdienne.

Les oeufs concernés proviendraient d'environ 180 élevages ayant des relations commerciales avec la société de Ravels ayant commercialisé des solutions de nettoyage contaminées par du fipronil. 

Près d'un million d’œufs rappelés

Très vite, l'Allemagne embraie le pas. L'Etat de Rhénanie-du-Nord-Westphalie rappele près d'un million après avoir découvert, à un point d'emballage et de distribution, la présence de l'insecticide dans certains œufs.

1,3 million d’œufs ont également transité par ce point avant de prendre la direction de la Basse-Saxe. Le ministère de l'Agriculture y a alors immédiatement ordonné de les retirer des étals.

Pendant ce temps l'AFSCA rassure les belges

ALors que ce qui s'apparente à une crise majeure est en train de se dessiner chez nos voisins, l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) continue de rassurer les consommateurs belges. "On s'est rendu compte qu'il y avait eu un usage interdit d'un produit sur des poules pondeuses", explique Jean-Sébastien Walhin, porte-parole de l'AFSCA. "Et donc on a mené des enquêtes en collaboration avec le parquet, et toutes les entreprises qui sont concernées par une potentielle contamination des œufs sont bloquées. On ne retrouve donc aucun oeuf qui serait potentiellement contaminé sur le marché. Nous sommes en attente de résultats d'analyses pour pouvoir soit débloquer certaines entreprises ou détruire les œufs si on devait remarquer qu'ils contiennent une concentration trop élevée en Fipronil. Ce qui est sûr, c'est que le consommateur peut aller acheter ses œufs au magasin puisque s'ils se retrouvent dans les rayons, c'est qu'il n'y a pas eu de contamination de l’œuf".

Août: les agences nationales de la sécurité alimentaire pas d'accord?

L'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) annonce que les premiers résultats des analyses effectuées sur des œufs potentiellement contaminés par un insecticide sont rassurants pour la santé publique. Les seuils européens en la matière n'ont en effet pas été dépassés.

Quid des pays limitrophes où les agences nationales, alertées le 20 juillet via l'European Alert System, vont plus loin. Ainsi L'organisme néerlandais chargé de la sécurité alimentaire et sanitaire (Nederlandse Voedsel- en Warenautoriteit - NVWA) analyse actuellement dans quels condiments ont été utilisés les œufs qui sont potentiellement contaminés par le FipronilLes œufs sont en effet utilisés dans de très nombreux produits, dont la mayonnaise, les plats préparés, la glace, le pain, les croquettes, les pâtes, les crêpes, les céréales ou encore le chocolat.

En Allemagne, le ministre de l'Agriculture allemand, Christian Schmidt (CSU), annonce une "conférence téléphonique de crise" a lieu aussi ce jeudi entre plusieurs régions d'Allemagne et le gouvernement allemand, indique le ministre de l'Agriculture allemand, Christian Schmidt (CSU).

L'organisme allemand KAT, qui compte parmi ses membres les principaux producteurs d'oeufs en Allemagne et dans les pays limitrophes, a fait état de 100 élevages aux Pays-Bas ayant utilisé la substance toxique et qui ont dû être fermés, contre quatre en Allemagne et un seul en Belgique.

L'Afsca n'estime toujours pas nécessaire de rappeler les œufs en Belgique

Sur son site internet, l'Afsca déclare que les teneurs en fipronil constatées dans certains lots d'œufs analysés en Belgique sont largement en dessous des valeurs seuils convenues au niveau européen. Ils ont tous été détruits. Il n'est donc pas nécessaire de procéder à un rappel des œufs commercialisés en Belgique, comme cela a dû être effectué aux Pays-Bas.

Sur base des informations dont disposait l'Afsca, des producteurs d’œufs ont cependant dû cesser leur activité par mesure de précaution. Dans toutes les entreprises, des échantillons ont été prélevés pour analyser la présence de fipronil. Les entreprises concernées ont également dû informer leurs clients pour qu'ils retirent les œufs du marché.

"Tous les œufs qui, selon nos analyses, contiennent du fipronil sont détruits, même si, selon les directives européennes, les concentrations détectées jusqu'à présent, ne représentent pas de danger pour la santé publique", précisait l'Agence.

L'Allemagne s'emballe

Le groupe de hard-discount allemand Aldi annonce retirer tous les œufs de la vente en Allemagne, une mesure liée au scandale des millions d’œufs néerlandais contaminés par le fipronil.

D'emblée le groupe allemand Albrecht-Discount souligne qu'il s'agit d'une mesure "de pure précaution".

Chaque jour voit gonfler les estimations du nombre d’œufs contaminés

Car l'enquête a aussi révélé que du produit contaminé avait été livré dans des élevages allemands, selon un circuit encore obscur, et les estimations du nombre d’œufs contaminés augmentent chaque jour.

Le ministre de l'Agriculture de l'Etat-région de Basse-Saxe (ouest), le Vert Christian Meyer, allait jusqu'à parler sur la chaîne ZDF de 10 millions d’œufs touchés contre "au moins trois millions" évoqués la veille au soir par le ministère fédéral de l'Agriculture.

"Modérément toxique"

Son homologue de l'Etat-région voisin de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Christina Schulze Föcking, a également dit au quotidien Rheinischen Post qu’il fallait s’attendre à "beaucoup plus d’œufs contaminés, au vu des informations qui parviennent chaque jour des Pays-BasNous attendons que les Pays-Bas mènent rapidement à bien leurs investigations et nous envoient enfin une liste complète avec les références concernées".

Limitrophes des Pays-Bas, la Basse-Saxe et la Rhénanie-du-Nord-Westphalie sont les deux régions allemandes les plus touchées par le scandale, qui frappe douze Etats-régions sur les seize que compte le pays.

Delhaize, Colruyt et Albert Heijn retirent certains oeufs de leurs rayons en Belgique

Finalement le scandale des œufs contaminés semble également toucher la Belgique. Trois enseignes, Delhaize, Colruyt et Albert Heijn, décident de retirer aussi certains œufs de leurs étalages. Ici encore, "le principe de précaution" est avancé. le porte-parole de Delhaize parle de mesure prise sur recommandation de l'Afsca.

D'autres enseignes comme LIDL, ALDI Belgique et Carrefour n'ont quant à elles pas retirés d’œufs de la vente, les tests effectués s'étant révélés négatifs du point de vue de l'impact sur la santé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK