Crise des oeufs: Gaia porte plainte contre un éleveur qui a euthanasié ses 36 000 poules

Crise des oeufs: Gaia porte plainte contre un éleveur qui a euthanasié ses 36 000 poules
Crise des oeufs: Gaia porte plainte contre un éleveur qui a euthanasié ses 36 000 poules - © Tous droits réservés

Gaia, l'association de défense des animaux dépose plainte contre un éleveur d'Houffalize qui, contraint de suspendre toute activité suite au scandale des œufs contaminés au fipronil, a décidé d'euthanasier toutes ses poules.

L'exploitation de Christophe Bastin abrite désormais un poulailler complètement vide. Il a décidé de se débarrasser de ses 36 000 poules pondeuses, contaminées au fipronil. C'est l'argument est financier qui l'a poussé à en arriver là: "J'ai pris la décision d'abattre les animaux parce que ça coûte vraiment très cher: 1300 euros par jour pour les nourrir".

Et il sera impossible pour lui de vendre à nouveau des œufs avant de longues semaines, la perte serait donc énorme. Mais ce jeudi, Gaïa, l'association de défense des animaux entend bien faire respecter la loi au pied de la lettre. Elle porte plainte contre cet éleveur pour maltraitance animale. "La loi est bien claire, explique Michel Vandenbosch, président de Gaïa. Elle stipule, dans son article premier, qu'il est interdit de se livrer à des actes qui ont pour conséquence de faire périr un animal sans nécessité". 

Une décision impulsive

La loi prévoit aussi une exception: les cas de force majeure. Mais pour Gaia, le préjudice financier n'est pas une raison valable. "Ni les autorités compétentes, l'AFSCA en l’occurrence, ni la FWA (Fédération Wallonne de l'Agriculture) lui a imposé de faire cette démarche et de prendre cette décision, donc c'est une décision impulsive, estime Michel Vandenbosch. De plus, après quatre à six semaines, vous ne retrouverez plus aucune trace de fibronil dans les poules pondeuses". 

La plainte sera introduite ce jeudi ou ce vendredi au parquet d'Arlon. Avec cette démarche, Gaïa veut aussi veut dissuader d'autres exploitations d'abattre purement et simplement des milliers de poules contaminées.

Sujet du journal télévisé tourné hier à Houffalize :

Reportage sur une colocation avec des poules dans le jardin et un poulailler communal d'Etterbeek (JT 13h)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir