Des centaines de demandeurs d'asile s'abritent dans les gares de Bruxelles

Les gares de Bruxelles sont devenues des refuges pour des centaines de candidats à l'asile, dont une grande partie provient du camp de réfugiés de Calais, démantelé et fermé au début du mois de novembre, rapporte lundi le site d'informations bruxellois Bruzz. A Bruxelles-Nord, ils seraient environ 170 tandis qu'une cinquantaine d'entre eux ont trouvé refuge à la gare du Midi.

Il s'agit principalement de migrants originaires du Soudan et d'Erythrée. La SNCB et le Samusocial, l'organisation qui vient en aide aux sans-abri de la capitale, tentent de les diriger vers les centres d'accueil mais nombre d'entre eux préfèrent cependant rester là où ils se trouvent.

Vers Ostende et Zeebrugge

"Ils ne veulent pas rater la chance de pouvoir aller au Royaume-Uni", explique Marie-Anne Robberecht, porte-parole du Samusocial. Selon elle, des trafiquants d'êtres humains les mettent dans des camions vers Ostende et Zeebrugge, d'où ils essayent de traverser la Manche.

Bruxelles-Midi est par ailleurs la seule gare qui reste ouverte la nuit durant l'hiver afin d'offrir un abri aux SDF. "Lorsqu'il fait froid et que les centres d'accueil sont pleins, nous laissons les gens dormir dans une partie de la gare. Depuis novembre, 125 personnes sont ainsi restées dormir durant 27 nuits", précise Ines Venneman, porte-parole de la SNCB.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK