Cri d'alarme aux USA sur la résistance aux antibiotiques. Et en Belgique ?

Des campagnes pour réduire la consommation : résultat positif
Des campagnes pour réduire la consommation : résultat positif - © JUSTIN SULLIVAN - IMAGEGLOBE

Aux Etats-Unis, 23 000 personnes décèdent chaque année à cause d'une résistance aux antibiotiques. La Belgique, qui se dit consciente du problème, a, elle diminué sa consommation d'un tiers en dix ans. Notre pays s'apprête même à convaincre l'Europe de l'Est du bien-fondé de ses campagnes de prévention.

Le journal britannique The Guardian vient de publier un rapport du Centre de lutte et de prévention des maladies qui indique un nombre très élevé de décès suite à une résistance aux médicaments prescrits. Chaque année, deux millions d’Américains deviennent malades à cause de bactéries apparues suite à leur résistance aux médicaments. Sur ces deux millions, le rapport annonce à peu près 23 000 morts.

Plusieurs fédérations médicales, dont l’Organisation mondiale de la Santé, ont tiré la sonnette d’alarme sur ce problème "deux en un". Premièrement, les médicaments ne sont pas prescrits convenablement, laissant une pathologie non soignée. Et deuxièmement, les gens ressentent un manque aux médicaments et deviennent accrocs.

Donc comme les médicaments ne sont pas prescrits convenablement, "la pharmacie sera vide" au moment où une solution adéquate sera trouvée pour tenter de débarrasser les personnes insensibles aux médicaments de leurs infections. Le Docteur Margaret Chan, directrice générale de l'OMS, avait d’ailleurs déclaré en mars 2012 que la surconsommation des antibiotiques est devenue si commune qu'elle craignait que des infections normales telles que qu’une angine streptococcique ou le genou égratigné d'un enfant puissent tuer car les bactéries ont évolué pour survivre aux traitements.

Le rapport du Centre de lutte prévention et de prévention des maladies note que les coûts de résistance aux antibiotiques s’élèvent à 20 milliards de dollars chaque année aux États-Unis.

En Belgique, de nombreuses campagnes de prévention

Une situation alarmante mais qui ne l’est pas encore trop chez nous. C’est ce qu’affirme Michiel Costers, coordinateur médical à la Commission belge de Coordination de la Politique antibiotique (BAPCOC) " Nous venons de finaliser en Belgique un plan stratégique national pour augmenter le combat contre les bactéries résistances. Tous les niveaux sont impliqués (fédéral, régions et communautés, …). Fin de ce mois, les ministres vont s‘engager pour lancer ce plan national. Ce qui ne veut pas dire que nous n’avions rien fait avant. La  Belgique était l’un des premiers pays au monde où nous avons créé la BAPCOC, une organisation qui promeut la consommation prudente des antibiotiques en 1999. Par après, la France nous a suivis."

Les chiffres sur la consommation d’antibiotiques en Belgique sont difficilement trouvables. "Des études ont été réalisées sur la prévalence des infections liées aux soins dans les hôpitaux belges (2000 décès par an environ). Nous n’avons pas de chiffres enregistrés sur les décès liés aux infections qui restent à cause de bactéries résistantes. Nous sommes bien conscients de la largeur du problème."

Cependant, tout comme l’OMS, Michiel Costers tient à tirer la sonnette d’alarme… et il ne le fera pas que dans notre royaume. "L’OMS a invité la Belgique en novembre pour l’aider à mettre sur pied des campagnes de prévention pour la surconsommation de médicaments en Europe de l’Est. Ces pays doivent apprendre de nos expériences fructueuses. Si on arrive à un point où on ne peut plus utiliser les antibiotiques car les bactéries sont devenues résistantes à tout, il y aura beaucoup de gestes médicaux qu’on ne pourra plus faire comme en chirurgie où on administre une dose préventive d’antibiotiques pour éviter certaines infections post-opératoires. Je tiens surtout à préciser que la résistance est directement liée à la consommation des antibiotiques. Il ne faut pas en prendre trop. Par exemple, chez nous, le taux de résistance à la pénicilline a diminué entre 2000 et 2010 grâce à la restriction de la consommation d’antibiotiques."

Une baisse de la consommation prouvée par les chiffres

Et l'histoire de la Belgique avec les médicaments va dans ce sens... En 1999, la Belgique se situait dans le top 3 des pays européens consommateurs d’antibiotiques. En 2010, on constate que cette consommation a baissé d’un tiers. On observe même une stabilisation de 2011 à 2013. D’autres initiatives sont donc à trouver pour encore abaisser les statistiques de la consommation.

 

Luigi Lattuca

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK