Crash en Egypte: quelques 600 Belges doivent encore être rapatriés

Moscou dépêchait samedi 44 avions vides en Egypte pour récupérer les touristes russes.
Moscou dépêchait samedi 44 avions vides en Egypte pour récupérer les touristes russes. - © MOHAMED EL-SHAHED - AFP

Devant les incertitudes quant à la détermination de la cause du crash de l'avion russe Metrojet, qui a fait plus de 200 morts samedi passé, les compagnies belges ont décidé de ne plus transporter de touristes vers cette région pour l'instant, car l'aéroport ne garantirait pas suffisamment la sécurité dans le contrôle des bagages.

Quant au rapatriement des 700 Belges encore sur place, un premier vol est revenu vendredi soir, avec 120 touristes à son bord, encadrés par des mesures très strictes. JetairFly avait envoyé ses propres équipes de sécurité.

Ce sera le cas encore pour tous les vols de ce week-end : agents de sécurité, chiens détecteurs d’explosifs, et contrôle renforcé. Les autres voyageurs de la compagnie rentreront ce samedi et ce dimanche.

Du côté de Thomas Cook, les retours tels que programmés auront lieu, avec une contrainte : les voyageurs ne pourront emporter qu'un bagage à main. Les valises, indique Thomas Cook, seront stockées en toute sécurité et rapatriées en Belgique la semaine prochaine.

80 000 Russes bloqués en Égypte

Moscou dépêchait samedi 44 avions vides en Egypte pour récupérer les touristes russes, après le crash de l'avion russe dans le Sinaï, a annoncé l'Agence fédérale chargée du transport aérien (Rosaviatsia).

Au total, "30 avions des compagnies aériennes russes, sans passagers", seront envoyés à Hurghada et "14 avions à Charm el-Cheikh", deux stations balnéaires au bord de la mer Rouge, en Egypte, où se trouvent actuellement environ 78 000 touristes russes, a indiqué l'agence fédérale dans un communiqué.

Ces touristes, qui séjournent pour la plupart dans les régions de Charm el-Cheikh et Hurghada au bord de la mer Rouge, pourront rentrer dans leur pays au moment qu'ils choisiront, a assuré à l'AFP Irina Tiourina, porte-parole de la fédération de l'industrie touristique russe. "Il n'y aura pas d'évacuation", a-t-elle assuré, tout en précisant que des avions sont envoyés en Egypte pour rapatrier ceux qui le souhaitent.

Les Russes ayant acheté des séjours de vacances en Egypte se voient désormais proposer des destinations de remplacement, en particulier la Turquie.

Le rapatriement a par contre commencé vendredi pour les quelque 20 000 Britanniques présents à Charm el-Cheikh.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK