Cracher sur un policier en pleine épidémie de coronavirus: à Arlon, comme ailleurs, c'est direction la prison

Le week-end dernier, un suspect a été interpellé par les services de police dans le cadre d’un différend en province de Luxembourg. Cette personne a craché au visage d’un policier qui lui avait demandé de tenir ses distances en raison du Covid19. Le Parquet a mis le dossier à l’instruction,  a fait savoir le parquet d'Arlon dans un communiqué.

Cette personne a été inculpée " d’avoir diffusé de quelque manière que ce soit, des substances qui donnent l’impression d’être dangereuses et dont il savait ou devait savoir qu’elles pourraient inspirer de vives craintes d’attentat contre les personnes ou les propriétés (article 328 bis du Code Pénal) ".

Il a été placé sous mandat d’arrêt par le juge d’instruction, et la chambre du conseil a confirmé son mandat d’arrêt pour un mois. Et le Parquet de Luxembourg fait savoir qu'il continuera à pratiquer une politique de tolérance zéro et à appliquer strictement la loi face à ce type de comportement.

Des faits systématiquement pris au sérieux

Ces dernières semaines, plusieurs personnes ont été arrêtées pour de tels faits envers les policiers et les citoyens. Le parquet prend ces faits au sérieux, étant donné les risques pour la santé qu'ils présentent à cause du coronavirus.

 Le crachat a été spécifiquement mentionné parmi une série d'infractions dans une circulaire envoyée il y a une semaine aux parquets du royaume par le Collège des procureurs généraux. "Le fait de cracher intentionnellement ou de tousser en direction de quelqu'un en se disant porteur du virus peut tomber sous le coup de différentes préventions susceptibles d'entraîner jusqu'à deux ans d'emprisonnement", a expliqué Christian De Valkeneer, procureur général de Liège (est). Cela peut être considéré comme de la rébellion à l'égard des forces de l'ordre ou "une menace d'attaque avec des substances apparemment dangereuses". Les procureurs généraux ont conseillé aux chefs de parquet de présenter systématiquement à un juge les auteurs de telles infractions.

"Ce type de geste (cracher en direction de la police, ndlr) n'est pas exceptionnel, on le constate régulièrement, mais avec le coronavirus c'est important d'agir immédiatement", a souligné Kristof Aerts, porte-parole du parquet d'Anvers.

Un crachat à l'hôpital

Un homme de 37 ans a craché, mercredi, sur du personnel et policiers, lors d'un différend, à l'hôpital AZ Klina de Braasschat. L'homme avait été conduit à l'hôpital par la police après une bagarre, indique jeudi le parquet d'Anvers. Après l'incident, l'homme a été présenté à un juge d'instruction qui l'a mis sous mandat d'arrêt pour tentative de menace avec une substance vraisemblablement dangereuse et rébellion non-armée.

Le suspect avait été emmené à l'hôpital après une bagarre sur le parking d'un supermarché à Hoevenen (Stabroek). Il avait une blessure à la tête. "La police l'a emmené à l'hôpital pour des soins. L'homme a invectivé le personnel soignant et les inspecteurs de police. Il a ensuite craché sauvagement vers le personnel présent et les policiers", explique-t-on au parquet.

Un Malinois de 19 ans interpellé

La police locale de la zone Malines-Willebroek a interpellé, mercredi, un jeune homme de 19 ans qui s'était montré agressif lors d'un contrôle de police, indique jeudi le parquet d'Anvers. Le jeune homme a notamment craché et toussé vers des policiers lors de son interpellation. Le suspect a été présenté au juge d'instruction qui l'a mis sous mandat d'arrêt pour menace d'agression avec des substances vraisemblablement dangereuses.

Le jeune homme en question avait précédemment déjà été interpellé trois fois pour infraction aux règles sur le coronavirus. Mercredi, il a une nouvelle fois été remarqué par la police alors qu'il se trouvait dans une voiture avec un autre occupant à Malines. Le passager était un cousin qui ne vivait pas sous le même toit que le suspect et dont le déplacement n'était pas essentiel. Par ailleurs, le conducteur ne dispose que d'un permis provisoire et ne peut pas transporter de passagers.

 

Faux infirmier interpellé

Un faux infirmier a été interpellé après avoir craché sur des employés d'un supermarché, mercredi à Limal, dans l'entité de Wavre, a-t-on appris jeudi auprès du parquet du Brabant wallon. L'homme a été privé de liberté.

Un individu déguisé en infirmier a fait irruption, mercredi midi, dans le magasin AD Delhaize situé le long de l'avenue de la Gare, à Limal.

Simulant être atteint de symptômes du Covid-19, le suspect s'est mis à cracher en direction de membres du personnel de l'enseigne. Rapidement appréhendé par des policiers, il a aussitôt été privé de liberté. Connu des autorités judiciaires, l'homme est né en 1983 et originaire de Wavre.

Lors de son interpellation, il ne s'est pas montré coopérant, contraignant les agents à lui apposer un masque chirurgical sur le visage pour éviter d'être eux-mêmes contaminés. Le trentenaire wavrien sera cité à comparaître devant le tribunal correctionnel, le 25 mai prochain, dans le cadre d'une procédure accélérée.

"Il devra y répondre d'infraction à l'article 328 bis du code pénal, lequel précise que quiconque diffuse des substances ne présentant aucun danger en soi mais qui peuvent inspirer de vives craintes d'attentat encourt jusqu'à deux ans de prison et 1.600 euros d'amende", explique la porte-parole du parquet brabançon.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK