CQFD : "Le virus rentre aussi (et surtout) dans les prisons via les agents"

Comment faire face à la multiplication des contaminations dans les prisons en préservant les droits des détenus? Pour tenter de répondre à cette question sur le plateau de CQFD, deux invitées: Marie Berquin, avocate au barreau de Bruxelles, co-présidente de la section belge de l’Observatoire international des prisons et Claudine Coupienne, secrétaire permanente CSC Services publics.

Lockdown en prison

Comme dans le reste de la population, les nouvelles contaminations en prison inquiètent. Elles ont entraîné la mise en quarantaine des prisons de Huy et de Nivelles, ainsi que d'une aile entière de la prison de Saint-Gilles. Visites, sorties ou préaux, tout mouvement y est interdit. 

Les syndicats critiquent un manque de précaution et multiplient les mouvements de grogne depuis plusieurs semainesIls dénoncent des contrôles insuffisants chez les détenus revenant d'un séjour à l'extérieur de la prison et la réautorisation des visites hors surveillance ("VHS"), qui permettent les contacts physiques.

Comment les détenus vivent-ils la situation?

"Il faut comprendre que le confinement a généré beaucoup d'angoisse pour les détenus, avec une absence totale de contact avec l'extérieur et peu d'informations", répond Marie Berquin, "aujourd'hui, on est dans un sentiment de colère car les mesures d'assouplissement prises dans le reste de la population [...] n'ont pas été transposées au sein des prisons. Et au moment où les VHS, soient les visites conjugales, ont repris, les agents pénitentiaires se sont mis en grève. Les détenus ont un énorme sentiment de frustration". 

Comment les agents pénitentiaires vivent-ils la situation? 

"Les conditions sanitaires et le manque de matériel dans un milieu clos est plus difficile à gérer", répond Claudine Coupienne, "on comprend tout à fait bien que c'est difficile pour les détenus, mais la santé de tous est mise en jeu. Le bien-être de l'un va avec celui de l'autre, c'est un équilibre fragile, et vu le manque de budget récurrent alloué aux prisons, tout est compliqué".

Pourquoi les agents se sont-ils opposés à la reprise des VHS? "Ils ne s'y opposent pas mais veulent que ça se déroule en toute sécurité, et là aussi le matériel manque encore. Il faudrait pouvoir mettre la personne en isolement et tester, sauf que c'est inapplicable, il n'y a pas suffisamment de place", poursuit la secrétaire permanente CSC Services publics.

Le virus rentre aussi en prison via les agents

Violation des droits des détenus

L'Observatoire international des prisons demande la libération du plus grand nombre possible de détenus, comme cela a été le cas lors de la première vague. En raison des grèves de ces derniers jours, les détenus n'ont parfois plus eu accès à leur famille, aux services externes d'aide aux détenus ou à leur avocat.

Marie Berquin parle de "violations importantes du droit à la santé, du droit à la vie privée, ou encore des droits de la défense que subissent les personnes détenues". 

Vers une nouvelle interdiction de VHS durant un mois

Suite à une réunion tenue hier entre syndicats, administration pénitentiaire et nouveau ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne, plusieurs propositions ont été formulées, notamment la suspension des visites hors surveillance à partir de ce vendredi, pour une période d'un mois, et l'obligation pour les détenus qui reviennent d'un congé de rester en cellule 24 heures jusqu'à la prochaine consultation médicale et de passer un test Covid le 7ème jour après leur retour.

"C'est un bon compromis entre ce qu'on demandait et ce que l'administration voulait", réagit Claudine Coupienne. Pas pour Marie Berquin qui rappelle que le taux de surpopulation qui repart en flèche aggrave encore la situation dans les prisons.

Ce Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L’entièreté du débat à revoir ci-dessous :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK