CQFD: Gouvernement arc-en-ciel, un nouveau départ pour la Wallonie?

Après 106 jours de négociations, PS, Ecolo et MR ont présenté ce lundi leurs accords de majorité pour la Wallonie que la Fédération Wallonie-Bruxelles. Synthèse des priorités politiques de chacun, la déclaration affiche des ambitions à la fois sociales, écologiques et économiques, le tout soutenu par un plan d'investissements de 4 milliards d'euros. Un nouveau départ pour la Wallonie? C'est la question que posait Arnaud Ruyssen ce lundi dans Ce qui Fait Débat sur La Première, à Thierry Bodson, Secrétaire général de l'Interrégionale wallonne de la FGTB et Olivier de Wasseige, Administrateur Délégué de l'Union Wallonne des Entreprises. 

Avec quels moyens budgétaires?

Première réserve énoncée par Thierry Bodson: "Comment financer l'ensemble de ces politiques dans les 5 années à venir?", au vu notamment des perspectives budgétaires pour 2020 en Wallonie. Même inquiétude quant au cadre budgétaire pour Olivier de Wasseige qui précise: "On a en Wallonie une dette de 20 milliards d'euros, dont la charge financière est très lourde (...) Comment, sans taxe nouvelle, financer tout ça?", se demande dès lors l'Administrateur Délégué de l'UWE.

Objectif ambitieux sur le front de l'emploi, l'accord de majorité prévoit de porter le taux d'emploi de la Région de 63,7% aujourd'hui, à 68,7% d'ici 5 ans. "Augmenter le taux d'emploi de 5%, on peut y croire, affirme Olivier de Wasseige, mais la question reste avec quelles mesures et quels moyens budgétaires?". Pour Thierry Bodson: "Il faut une cellule d'anticipation qui lie l'ensemble des outils financiers et économiques wallons avec le Forem et les autres acteurs de la formation mais aujourd'hui, ces ponts n'existent pas".

Ambition climatique 

L'ambition climatique de l'accord de majorité est elle aussi élevée, avec la volonté de réduire les émissions de CO2 de 55% d'ici 2030, soit un effort supérieur aux objectifs de Paris. Olivier de Wasseige rappelle à cet égard que les entreprises ont déjà réduit de 30% leurs émissions depuis 1990: "On sait qu'on sera un partenaire de la transition énergétique et qu'on devra continuer dans cette direction (...) C'est un objectif global, et non secteur par secteur, entre l'industrie, le transport, le résidentiel, etc. Tout dépendra de l'approche globale, du timing et des moyens financiers que l'on aura".

Logement, isolation, aménagement du territoire, mobilité, ... Beaucoup de mesures de lutte contre le réchauffement climatique dépendent des compétences wallonnes explique encore Thierry Bodson: "il faudra de la formation au niveau des travailleurs, il faudra permettre aux entreprises de répondre à de nouveaux cahiers de charge, etc... Tout cela, à nouveau, va avoir un coût. Ce qui manque aujourd'hui pour moi, c'est une coordination de la politique fiscale et financière, pour plus de transversalité et d'efficacité dans la politique wallonne", conclut le secrétaire général de la FGTB wallonne. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK