CQFD: Faut-il protéger le "mode de vie européen" ?

CQFD: Faut-il protéger le mode de vie européen ?
CQFD: Faut-il protéger le mode de vie européen ? - © Tous droits réservés

Le titre du commissaire européen en charge des migrations suscite la polémique depuis sa nomination mardi... Le Grec Margaritis Schinas désigné pour rappel commissaire en charge de la "protection du mode de vie européen", par la nouvelle présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen. Cela veut-il dire qu'il y a un mode de vie européen à protéger? Arnaud Ruyssen posait la question à Marie Arena, députée européenne PS, et Assita Kanko, députée européenne N-VA, toutes deux invitées dans Ce Qui Fait Débat mercredi soir sur La Première. 

Un concept qui n'existe pas

Pourquoi Ursula von der Leyen n'a-t-elle pas utilisé d'autres termes?, s'interroge Marie Arena qui trouve le titre choquant et lui aurait préféré "promotion des valeurs européennes", lesquelles sont inscrites dans les traités et la charte européenne des droits fondamentaux. "Or on sait que cette charte est contestée par des pays liberticides, comme la Hongrie ou la Pologne, explique l'eurodéputée socialiste, c'est faire plaisir à ces pays et je trouve que l'attitude de la Commission aujourd'hui est vraiment contestable par rapport au choix de ces mots (...) Cela met aussi en difficulté le vivre ensemble interne à l'Europe, parce que c'est quoi le mode de vie européen? Un concept qui n'existe pas".

"Moi ça ne me choque absolument pas, affirme Assita Kanko, qui précise que le commissaire en question n'aura pas que la migration dans son portefeuille, mais sera aussi en charge de l'intégration, de l'éducation et de la sécurité.

Une vision réductrice de la gauche

Marie Arena défend une approche légale car, dit-elle, "on peut se référer aux traités sur un plan de suivi, d'obligations et de sanctions des Etats membres, mais quand on fait appel à des références floues de "mode de vie européen", cela va poser des difficultés par rapport au droit". "Le mode de vie européen pour moi, déclare Assita Kanko, c'est quand les hommes et les femmes sont égaux, quand je ne suis pas obligée d'obéir aux hommes de la société, quand je peux être une femme épanouie (...) Et parmi tous les droits fondamentaux, celui d'aller sur le marché du travail et de s'y épanouir".

La lettre de mission envoyée au nouveau commissaire insiste d'ailleurs sur l'enjeu d'une migration légale dans un marché du travail en pleine évolution, avec une vision plus économique de la migration. "Dans cette lettre de mission, on parle d'adéquation entre la migration et l'économie, mais il y a d'autres réalités (...) et nulle part, on ne parle dans cette lettre des droits fondamentaux tels que le droit à l'asile, au respect des minorités ou à l'aide humanitaire", observe Marie Arena. "Une vision réductrice de la gauche", réagit l'eurodéputée N-VA. L’entièreté de l'émission à revoir ci-dessous.

CQFD, Ce Qui Fait Débat, un face à face sur une question d'actualité chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h en télé sur La Trois. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK