CQFD: A quand la gratuité complète de l'école?

La question revient régulièrement au devant de l'actualité... Ces derniers jours encore, avec cette décision de Justice de Paix qui a débouté une école namuroise, laquelle réclamait une facture de près de 800 euros à une famille en situation précaire. Le Pacte d'excellence voudrait atteindre progressivement la gratuité scolaire, mais cette idée est-elle tenable dans un contexte budgétaire que l'on sait difficile en Fédération Wallonie Bruxelles? Pour en parler, deux invités: Caroline Désir, ministre PS de l'Enseignement obligatoire et Paul Leblanc, directeur de l'Institut Saint-Boniface à Ixelles.

Rappeler les règles du jeu aux écoles

"Facturer des frais aux parents, ce n'est pas une partie de plaisir pour nous!", affirme Paul Leblanc qui estime entre 300 et 1000 euros la totalité des frais scolaires annuels dans son établissement ixellois. Caroline Désir concède que l'enjeu de la gratuité scolaire est l'un des plus importants de la nouvelle législature.

"Les questions d'argent sont toujours compliquées à l'école, car elle font souvent porter sur les épaules des enfants des choses qui ne les concernent pas", regrette la ministre qui reconnaît que les situations peuvent fort varier d'une école à l'autre et qu'il est nécessaire de rappeler les règles du jeu en la matière.

960 écoles ont fait appel à des sociétés de recouvrement de dettes

En tant que directeur d'école, Paul Leblanc accepte parfois d'annuler certaines factures, "dans des cas extrêmes", explique-t-il. Mais les écoles font aussi de plus en plus souvent appel à des sociétés de recouvrement de dettes dans le cadre de frais scolaires, selon la Ligue des Familles. L'Association Belge des sociétés de Recouvrement de créances relevait, en 2018, 960 écoles ayant fait appel à ces sociétés pour recouvrir les dettes de familles en difficulté de paiement. 

"Un extrême auquel on ne souhaite pas arriver", commente Caroline Désir, "car d'autres solutions existent, des aides sociales, etc. Mais parfois, certaines familles n'osent pas faire appel à l'aide". La ministre rappelle en outre que des mécanismes de solidarité existent dans les écoles, mécanismes qui doivent d'ailleurs obligatoirement être mis en place. "Il y a donc beaucoup de solutions à envisager avant d'en arriver là", tempère-t-elle. 

Gratuité effective en première maternelle, et après?

Le pacte d’excellence veut atteindre progressivement la gratuité. Nouveauté depuis la rentrée 2019: une gratuité renforcée en première maternelle, où il est désormais interdit d’exiger des "frais facultatifs" de la part des parents. Le matériel scolaire n'est plus payant mais ce qu'on appelle les temps extrascolaires, comme les repas, les garderies ou les activités sportives et culturelles, le restent. 

Ce principe de “gratuité étendue” sera appliqué en deuxième maternelle à la rentrée prochaine, en troisième dès septembre 2021. Pour les primaires et les secondaires, rien n’est encore défini. Mais on parle de déterminer des plafonds maximum aux frais scolaires. Le travail doit donc se poursuivre. 

Voyages scolaires, trop chers?

A propos des voyages scolaires aux coûts élevés, Caroline Désir explique sa réticence: "c’est de nouveau un argument de concurrence entre les écoles. On peut faire plein de choses qui sont d’intérêt pédagogique et qui ne soient pas des délires en termes financiers [...] Il va falloir maintenant que l’on fixe des plafonds pour le secondaire et le primaire, et ça va nous amener à réfléchir à ce qui est pertinent sur le plan pédagogique, ce qui est utile pour les élèves et ce qui est une somme raisonnable ".

Pour le directeur de l’institut Saint Boniface à Ixelles, la réflexion pédagogique est déjà au cœur des choix de voyages, aujourd’hui. Il rejette la critique de marketing scolaire et estime que "c’est parfois la seule occasion qu’ont des enfants de partir loin, parce que les coûts sont diminués du fait de voyager en groupe. On voit toujours ça comme un coût mais c’est aussi une occasion".

CQFD, Ce Qui Fait Débat, un face à face sur une question d'actualité chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h en télé sur La Trois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK